Santé publique : Le ministre Adama Traoré met fin à la récréation de ses troupes de Bobo-Dioulasso.

1287 0


Le ministre Adama Traoré. Photo Burkina24
Le ministre Adama Traoré a tenu un langage franc et direct avec ses agents de Bobo-Dioulasso. Ph. B24

Jeudi 22 septembre 2011, le ministre Adama Traoré a rencontré tous les corps de la santé publique de la région des Hauts-Bassins à Bobo-Dioulasso. Les récents évènements survenus dans la cité étaient au centre des débats.

A quelque chose, malheur est bon, sommes-nous tentés de dire, compte tenu des décisions prises pour mettre de l’ordre dans la famille des agents de la santé.  Suite au décès de Sita Traoré à la maternité Sylla Sanon de Bobo-Dioulasso suivi de l’incendie de ladite maternité et du licenciement des agents coupables, l’autorité continue de travailler dans le sens de l’apaisement et du respect des responsabilités respectives. C’est ce  message du respect de l’éthique et surtout de la déontologie du travail que le ministre Adama Traoré est venu porter à ses hommes de la ville de Bobo-Dioulasso ce jeudi 22 septembre 2011.  Tous les corps de la santé publique ont été représentés à la rencontre. La salle de conférence du centre de Muraz qui a servi de cadre à la rencontre a refusé du monde. Sans passer par le dos de la cuillère, le ministre a interpellé tous ses hommes à éviter à l’avenir ce qui s’est passé à Bobo-Dioulasso. Car ce mois de septembre 2011 a été celui des drames dans lesquels, des agents de la santé ont été impliqués. En plus de la mort de Sita Traoré la parturiente, il y a celle de cette jeune fille suite à un avortement fait par des hommes de la santé. Le rôle des hommes de la santé est de soigner pour éviter la mort autant que possible et non provoquer des décès. La réunion qui s’est tenue à huit clos entre le ministre et ses agents, a été mis à profit par la grande famille sanitaire pour parler des difficultés de la maison. Au sortir de la rencontre, des agents ayants pris part à la rencontre, ont approuvé la démarche du ministre. Car selon eux, elle a permis non seulement aux agents de pouvoir soumettre certaines doléances directement au premier responsable du département, mais aussi au ministre d’interpeller des responsables pour le  respect de leurs rôles.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

boroma

daosouro

Article du même genre