Mise en œuvre de la SCADD, l’Etat et les ONG se concertent

1540 0

La direction générale de la coopération a organisé les 24 et 25 novembre 2011 à Ouagadougou les Journées nationales de concertation entre l’Etat et les ONG/associations de développement dans la perspective de renforcer la participation des ONG aux efforts de développement du Burkina Faso.

(De g à d) Le représentant des ONG, Moïse Napon et le directeur général de la Coopération Léné Sebgo. Ph. B24

«Politiques nationales de développement et concertation : la contribution des ONG à la mise en œuvre de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD)», c’est le thème sur lequel les participants issus de l’administration et de la société civile ont mené les échanges.

Cette rencontre entre l’Etat et les ONG/associations de développement, la deuxième après celle de 2009, vise à renforcer la participation de celles-ci à la mise en œuvre du nouveau référentiel de développement dont s’est doté le gouvernement burkinabè, la SCADD.

Au cours de ces deux jours d’échanges et de débats, les participants ont pu s’approprier le contenu de cette nouvelle stratégie pour la croissance. Les ONG ont également pris connaissance de leurs rôle et place dans la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de la SCADD.

Des points non moins importants comme la contribution des ONG aux politiques nationales de développement, les exonérations fiscales accordées aux ONG, le financement public de celles-ci ont, constitué quelques unes des préoccupations abordées.

Les participants aux journées nationales de concertation Etat-ONG. Ph. B24

Les efforts des ONG et associations de développement aux côtés de l’Etat ont été salués par le Premier ministre Luc Adolphe Tiao. Ces acteurs du « développement à la base » ont en outre salué l’institutionnalisation de ces journées nationales de concertation qui se tiendront désormais chaque année, avec pour finalité de toujours avoir un œil sur les actions développement.

Conscients et convaincus du rôle des ONG et associations de développement dans la construction d’un Burkina Faso prospère et émergent, les participants ont, à l’issue de journées nationales de concertation, formulé des recommandations qu’ils souhaitent voir réalisées.

Il s’agit entre autres du regroupement des ONG en collectif ou réseau pour faciliter leur représentation au niveau national, la réflexion sur les modalités du financement publics des OGN/associations de développement, le suivi-terrain de leurs réalisations, une meilleure communication sur le contenu de la SCADD et sur les réformes fiscales.

Le représentant des ONG, le révérend Moïse Napon, a invité les ONG et associations de développement à plus d’engagement aux côtés de l’Etat en vue de bâtir le Burkina Faso.

Pour le directeur général de la coopération, Léné Sebgo, qui souhaite un partenariat renforcé entre l’Etat et les ONG, ces journées ont été un succès, « car les ONG adhèrent et s’engagent à accompagner au mieux la mise en œuvre de la SCADD ». Il a insisté sur le bon suivi des conclusions et recommandations qui en sont issues.

Rendez-vous a été pris pour l’année prochaine, afin de juger de la pertinence de la mise en œuvre des recommandations des présentes journées.

Les participants aux journées nationales de concertation Etat-ONG. Ph. B24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre