Fausses plaques d' immatriculation. Photos Burkina24

Kaya: Une brigade mobile des douanes très mobile !

1603 0

La région du Centre-nord n’est pas frontalière d’un pays voisin et pourtant la fraude semble y sévir. La brigade mobile des douanes de Kaya, toujours active dans ses actions de traque des faussaires, parvient toujours à dénicher la plupart dans son ressort territorial.

Fausses plaques d' immatriculation. Photos Burkina24
Fausses plaques d' immatriculation. Photos Burkina24

Le chef de la Brigade mobile de Kaya, Oumane Kabré. Ph. B24

Faites un tour à la brigade mobile de Kaya et vous verrez une variété de produits issus de la fraude ou saisis dans des conditions qui ne respectent pas la réglementation en matière d’importation, de commerce et de concurrence.

Des bidons d’huile, des pièces détachées, des paquets de cigarettes, des piles, des plaques d’immatriculation, des mobylettes sont, ce qu’on peut trouver dans cette petite brigade mobile. Les techniques utilisées par les fraudeurs dans cette zone sont bien différentes de celles rencontrées ailleurs notamment en zones frontalières.

Les importateurs utilisent le faux ; ils déclarent par exemple une partie de la marchandise en douanes et font enregistrer les documents comme tels. «Nous avons saisi ce moulin complet d’un commerçant qui avait déclaré uniquement les meules», a expliqué Ousmane Kabré, chef de la brigade mobile de Kaya.

Pour entrer en possession de son moulin, le propriétaire doit dédouaner la marchandise complète et payer les amendes liées à son forfait. Une des techniques les plus fréquentes c’est l’utilisation d’emballage de produits localement connus et/ou libres de droits de douane.

C’est ainsi qu’on peut retrouver des paquets de cigarettes dans des emballages de patte dentifrice, des pièces détachées dans les emballages de cubes maggi, des piles dans des emballages de savon, des pagnes dans d’autres emballages encore, dans l’optique de tromper la vigilance des agents de douanes.

Il n’est pas non plus rare que les douaniers de Kaya ou de Dori découvrent des dynamites et autres produits explosifs enfouis dans du son à bétail ; des produits très prisés dans les régions du Sahel et Centre-nord riches en sites aurifères.

Grâce à leur flair et à des techniques qui leur sont propres, les douaniers parviennent à découvrir les marchandises camouflées. Selon M. Kabré la moindre suspicion ou le soupçon suffit déjà pour mener un contrôle minutieux d’une marchandise. Et la plupart du temps le contrôle donne raison aux commanditaires.

La région du Centre-nord n’étant frontalière d’un pays limitrophe, l’activité douanière n’est pas non plus développée. Mais le travail qu’abattent les agents des douanes est impressionnant au regard de la mobilité de cette petite équipe qui se bat au quotidien dans la collecte effrénée des recettes de l’Etat.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre