Conférence-débat : Pour un plus grand engagement social des femmes

1212 0
Conférence-débat : Pour un plus grand engagement social des femmes
A l'extrême gauche, Odile SANKARA, au milieu, Roukiattou Ouédraogo du SPONG, modératrice de la conférence © BURKINA24

En marge du projet « Duras, notre contemporain(e) », l’Institut Français de Ouagadougou a organisé, le mercredi 9 mai, une conférence-débat sur l’engagement social des femmes. Des femmes de différentes classes sociales se sont retrouvées pour échanger sur leur condition.

 La première femme à prendre la parole au cours de cette soirée était Odile SANKARA, artiste-comédienne. Elle est revenue sur la vie de Marguérite DURAS, personnalité centrale du projet éponyme. Elle a évoqué la vie de cette femme engagée sur divers plans. Née en Indochine, en 1914, Marguérite DONNADIEU (à l’état civil), fut une femme engagée sur différents plans et ouverte sur le monde, d’où le lien avec l’Afrique dans ses écrits. Adhérant au Parti Communiste où elle y passa dix ans de sa vie, elle devient une grande résistante qui met la femme au centre de son combat. Pour Duras, la femme est un être essentiel mais aussi fragile parce qu’incarnant la tristesse.

A la suite d’Odile SANKARA, Madame Rose Chantal BATIONO, présidente de l’Association Wend-Yiidé s’est prononcée sur l’engagement social des femmes. Pour elle, la femme est une personne qui participe, à sa façon, à la prospérité de la société. Se fondant sur son cas, elle a évoqué ses activités de petit commerce qu’elle a réalisé. Cette étape de sa vie n’a pas été sans conséquence sur son ménage. Quelques altercations entre elle et son mari, mais qui finissaient par se régler, ont failli lui faire mettre un terme à ses activités de commerce. Grâce à de multiples interventions de  parents et à la compréhension de son époux, elle prospérera dans ses activités et réunira des femmes de son entourage afin de mettre sur pied l’association qu’elle dirige.

Quant à Madame Mamounatou KARGOUGOU, Présidente de l’association GTPA, secrétaire de la mutuelle Laafi Béologo des femmes et Vice-Préidente de la Chambre des Métiers, où elle est la seule femme à travailler aux côtés des hommes, elle a évoqué sa vie dans une famille où le père était polygame avec dix-neuf enfants mais dont chacun a pu suivre un cursus scolaire normal. Mamounatou KARGOUGOU est une femme dont les aptitudes de touche-à-tout ont poussé à mener de nombreuses activités, mêmes celles que la société réserve traditionnellement aux hommes. Pour elle, les femmes ne s’engagent pas assez dans le processus social. Elles devraient plus occuper leur place aux côtés des hommes afin de mener le combat de leur libération des carcans qui les enchaînent.

Cette rencontre qui visait à partager des bouts d’expériences et pour susciter plus d’engagement et d’engouement, a été le lieu de débats, très enrichissant qui ont permis à toute l’assemblée de s’exprimer sur les cas exposés mais aussi de relater des expériences. La seule fausse note de cette rencontre est celle venue de Odile SANKARA, l’une des pièces maîtresses de ce projet. Elle a pris à parti un journaliste qualifiant son intervention de « pas très intelligent ». A l’avenir, cette comédienne de renom devrait plus revoir sa copie et ne pas offusquer des sensibilités. Même homme, ce journaliste n’a fait qu’apporter sa contribution à une soirée où le débat était ouvert, et où le musellement n’était pas de mise.   Les hommes ne sont pas les seuls à faire le malheur des femmes. Elles devraient elles-mêmes se remettre en cause sur certains plans. L’on devrait toujours rechercher la complémentarité pour un monde plus égalitaire et ne pas s’acharner, en public, à une personne qui ne cherche qu’animer un débat.

 Pour mémoire, le projet « Duras, notre contemporain(e) » permettra de voir à l’Institut Français du théâtre (La Musica), le 11 mai, à 20h30; de la danse (La Maladie de la mort et Aurélia Steiner), le 12 mai, à 20h30; du théâtre-roman avec un choeur d’enfants burkinabè (Un barrage contre le pacifique), les 25 et 26 mai, à 20h30.

                                                                                                                                         Rialé

Avatar

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre