Burkina : En route pour le référendum comme au Niger ?

2464 19

Le  sort de l’article 37 de la Constitution burkinabè pourrait bien se décider dans la casserole du « référendum ».  Le Président du Faso l’a lui-même dit, enfin ! l’a laissé entendre à Dori, ce 12 décembre 2013.

Urne« Si les acteurs politiques ne s’accordent pas sur la question de l’article 37, le recours au référendum est possible », a déclaré Blaise Compaoré. On peut recourir à un raisonnement syllogistique pour décortiquer la signification de ces propos.

L’article 37 ne sera pas soumis au référendum si les acteurs politiques trouvent un accord. Or la météo politique actuelle ne prévoit pas cette possible entente entre le CDP, le parti au pouvoir, et les défenseurs de la sacralité de l’article 37.

Donc, on ira au référendum pour départager tout ce beau monde, étant entendu, et Blaise Compaoré l’a soutenu, que tout ce hourvari se fait au nom du « peuple » et c’est à ce dernier de décider.

Cette conclusion est soutenue par ce que certains confrères ont dit avoir découvert dans les casseroles confidentielles du CDP, à savoir la préparation stratégique d’une recette référendaire (une pétition serait en gestation pour contraindre les députés à ouvrir les vannes du référendum).

La question du référendum n’aurait peut-être pas suscité autant d’intérêt si elle n’était pas intimement liée à celle de la probable candidature de Blaise Compaoré en 2015. Il est vrai que ce dernier entretient le flou. Mais de récentes déclarations permettent d’entretenir des doutes.

Quand référendum égale Blaise Compaoré candidat en 2015

La FEDAP/BC, tout comme le CDP, ne font plus de mystère quant à leur volonté de voir rebeloter Blaise Compaoré en 2015. Lui-même, sur les médias internationaux, n’a-t-il pas dit que « pourquoi voulez-vous que lorsque le peuple a un président qui leur apporte la stabilité […], comment voulez-vous qu’ils choisissent de le faire partir comme ça ? ».

Des balises qui amènent à mettre dans l’esprit de plus d’un que « référendum sur l’article 37 égale candidature de Blaise Compaoré en 2015 », voire « Blaise Compaoré président à vie » !

Comparaison n’est pas raison, mais si le référendum devenait le dernier recours pour trancher de cette question, le Burkina emprunterait alors, à quelques exceptions près, un chemin déjà parcouru par  un de ses voisins, le Niger.

On se souviendra que l’ancien président Mamadou Tandja, devant le refus de son opposition qu’il aille au-delà des limites constitutionnelles, a lui aussi eu recours au référendum pour, dit-il, que le « peuple souverain » tranche. On se souviendra que la suite n’a pas été un exemple bon à citer … et à suivre.

Si le référendum a lieu et que le « oui » à la non limitation des mandats l’emporte, le Burkina viendra surtout gonfler le rang des pays africains qui ont brisé les gardes-fous des mandats présidentiels à vie.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Articles du même genre

  1. D?ailleurs sur la mise en place du SENAT, il l?a dit sans d?tour que le SENAT sera mis en place mais
    Sur l?article 37, il parle de r?ferendum au cas ou il n?y a pas de consensus.
    Il oublie que sa fais 27 ans qu?il est au pouvoir, il oubli que le peuple int?gre du Burkina n?a plus besoin de lui apr?s 2015.
    Pour moi, c?est ? d?autres de parler de la modification de l?article 37 et non Blaise.
    (…).

    A BON ATTENDEUR, SALUT!
    NA LARA AN SARA!

  2. Vraiment si les burkinab?s voulaient le depart du blaiso,n’allaient pas s’opposer a sa candidature en 2015.Parce qu’on n’obtient pas de sufrage si on a pas ?t? vot? par le peuple.Pour le babatch? c’est tt a faire le contraire car c’est le bl? qui le permet d’avoir + de vote.On craint pr sa

  3. un r?f?rendum organis? par ce pouvoir,c’est les achats de consciences comme mode op?ratoire surtout chez les populations rurales vivant dans la mis?re totale.C’est prendre le peuple en otage.

  4. C’est dure voir impossible d’emp?cher quelqu’un ( Blaise Compaor?) qui veut se suicider.
    C’est dommage mais c’est ce qui risque d’arriver si il persiste. Sache une chose Blaise nous n’allons pas nous massacrer pour toi. C’est toi le probl?me on va …… par tous les moyens humainement possible

  5. Le Burkina Faso est un pays de paix.Prions beaucoup pour nos hommes politiques afin qu’ils mettent les int?r?ts de leur peuple au premier plan.

  6. Toi t'es pas du tout GRAND!!! Si Blaise n'aime pas son peuple, toi t'es encore pire. La cheff?rie traditionnelle c'est dans les ethnies et en g?n?rale au village. Le pouvoir d'Etat n'a rien ? voir avec la tradition. Laisses les mossi et autres ethnies en dehors de ?a. Si Blaise veut ?tre un chef mossi il sais tr?s bien qui aller voir, c'est sa majest? le Mooro Naaba.

  7. Ce grand Zapata n’est pa grand du tout. D?s que tu commences ? parler de Mossi, tu cherches ? soulever les ethnies les unes contre les autres au Burkina. Si Blaise est mauvais, tu l’es pire dans ce sens ! AU Burkina, les diff?rences ethniques sont une richesse, et tu fais mal de commencer cette analyse ! Sois prudent

  8. Ils avaient tu? le peuple depuis 1987.Ils se pr?parent pour l’enterrement pr?vu pour l’apr?s 2015.Paix ? l’?me du peuple.On se donne rendez-vous le jour de la r?surection des mort(quand le peuple prendra conscience).?a peut ?tre avant l’enterrement.

  9. Conscience d'Afrique |

    A cause d’une seule personne qui aura fait 28 ans au pouvoir en 2015, le Burkina Faso, pays pauvre endett? veut delapider le peu de moyens pour organiser un r?f?rendum inutile. Regardez chez vos voisins, au Ghana les choses se passent sans probl?me et l?-bas, c’est 2 mandats de 4ans maximum. Pauvre de Burkina Faso! Que Dieu Tout-puissant aide le peuple travailleur de ce pays!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *