Baccalauréat 2014 : Une chanson de Yeleen à l’épreuve de Français

14313 6

Les candidats à la quête du Baccalauréat session 2014 ont eu une ‘’belle’’ surprise en découvrant les sujets de l’épreuve de Français ce vendredi 20 juin. Les élèves des séries C et D ont en effet reçu un texte du groupe de rap Yeleen comme sujet de Commentaire composé.

Le texte en question est celui de la chanson ‘’Au nom de mon parti’’, le 14e titre de l’album ‘’Dieu seul sait’’. Cet album était le deuxième du groupe, sorti en 2003. Les paroles exposent les situations contradictoires d’un militant qui donnerait sa vie pour son parti politique pendant que le chef de ce même parti mène une vie de pacha.

Smarty, le rappeur de l’ancien groupe de rap burkinabè, a dit sur les réseaux sociaux sa fierté que le texte soit passé au Baccalauréat : « Un des textes que j’ai écrit pendant l’aventure Yeleen « Au nom de mon parti » a été choisi comme sujet du baccalauréat 2014 au Burkina. Je suis très fier de cette reconnaissance ! Ça m’incite à travailler encore plus dur ! ». Une publication qui a suscité çà et là des remarques sur son caractère personnel tandis que les artistes étaient deux sur la chanson.

Rappelons que le Yeleen a éclaté officiellement en juillet 2011 après plus de dix ans de carrière. Depuis lors, Mawndoé évolue entre l’Europe et son pays d’origine, le Tchad, où il vient de sortir son troisième album solo « Ky Dan C ». Smarty lui est entrain de finir le tour de 23 dates que lui ont offertes RFI et France24 avec son couronnement au Prix Découvertes 2013. Il sera à Abidjan pour la Fête de la Musique le 21 juin, puis à Addis-Abeba en Ethiopie, et enfin le 26 juin à Yaoundé et 28 juin à Douala au Cameroun.

Stella Nana
Burkina 24
 
Paroles de « Au nom de mon parti »(Le texte n’a pas été utilisé en entier pour l’épreuve de Français)La suite est longue, il pleut encore des tombes, Les voix qui mènent au changement pullulent d’hécatombes

Les arguments se fondent, Et aux obsèques se confondent,

Les hommes changent, qu’est-ce qui reste le même, c’est le monde

Il est parti, et sans sa femme du domicile, Avec pour argument celui de faire un tour en ville

Il est parti, Militant de son parti, Convaincu que dans la rue sa marche aurait un prix

Il s’est vu tenant la plus vilaine pancarte, La brandissant aux yeux des forces de l’ordre étant de garde

Jet de pierres, un seul cri de mécontentement. La police panique, la situation devient alarmante

Les armes parlent et, dans la foule huppée de sang. Le résultat est là et le constant est humiliant

Le cœur s’est envolé sous un ciel ensoleillé. C’est l’âme fragile d’un innocent qu’on a volée

 

L’influence tue et son arme est la confiance. Ils savent tous que notre faiblesse est notre conscience

Qu’on a la même couleur mais pas la même appartenance

Mais la soumission envers ces gens n’est pas une obligeance

Le poumon en pleurs, touché par la chaleur de plomb. Des champs de guerre au regret c’est la confusion

Au sol encore, il rampe dans les flaques de la désolation, Pour un parti qui à peine connait son nom

Quel déshonneur, parti sans même laisser un signe; Quel héritage il laisse des convictions les plus indignes

Les tâches rouges du récit auraient pu dire cette chose, Mais l’orpheline qui te réclame symbolise cette cause

Sans raison pour laquelle on t’a abattu, Qui fait de toi le soldat mort dans la rue

Maintenant il y a moins de bruit, C’est le silence des esprits, Et les malheurs ne font que débuter pour ta famille

 

Pendant que tu marchais, lui était à la maison, Tenait sa petite fille en ces bras dans son salon

Pendant que tu criais « injustice » en son nom, Il contait à son épouse la grandeur de ses ambitions

Pendant que tu brandissais ta pancarte et ton slogan, Il remerciait son boy pour son plat succulent

Pendant que tu fuyais le champ de tir, Il défendait la rue ce matin-là à son fils

Pendant que la balle traversait ton poumon droit, Plongé dans une série télé, il riait à grand éclat

Pendant que tu gémissais, le mal dans la douleur, Il levait son verre et le buvait en grand vainqueur

 

Pendant que tu luttais pour ton souffle de vie, Il serrait la main de votre soi-disant ennemi

Pendant que la mort sur ton corps joue et gagne, A son domicile s’élève la coupe du champagne.

Il y a 6 commentaires

  1. QUE ce soit Smarty ou le groupe qui a ?crit ce texte cela n'est pas un probl?me Mawndo? aussi peut dire que c'est lui qui a ?crit ce texte ce qui ne serai pas faux aussi, mon cher SAKSIDA le probl?me est que tu n'aime pas SMARTY seulement mais il faut reconnaitre le talant de SMARTY il fait parti des meilleurs RAPEUR de sous r?gion que Dieu les b?nisse tous.

  2. « C?est parce que ce le texte est de yelen qu?il a ?t? utilis? et non parce que smarty l?a ?crit. »

    J’ai lu ceci…un des commentaires. Merci ? vous Saksida. Mais je prendrai un exemple au hasard pour exprimer ma pens?e. Ce n’est pas parce que C?line Dion a chant? « pourvue tu m’aimes encore » que ce n’est pas Jean Goldman qui l’a ?crit…bref, d?sol? de vous amener sur ce terrain si n’aimez pas, mais c’est l’exemple que j’ai trouv? tout de suite…et je sais que vous n’ignorez pas que tout plein d’exemples existe…
    Merci encore en vous

  3. Bonjour tout le monde !

    D’accord avec vous qu’il aurait pu trouver une phrase pour int?grer son alter-?go (ou le groupe Yelen) si vous voulez, mais depuis quand ne pr?cise-t-on pas l’auteur d’un texte. Si Salif est celui qui a ?crit ce texte dans son int?gralit?, je ne vois pas o? est le probl?me. Si vous vous ne vouliez pas le savoir, fermez les yeux l?-dessus. Ceux qui se posaient des questions sur qui a ?crit ce texte l? le savent maintenant… Salif a ?crit ce texte, le groupe Yelen l’a jou? et chant?…
    Merci ? vous de comprendre

  4. vous avez recopi? le texte avec beaucoup et d'erreurs et smarty doit apprendre ? partager le succ?s du groupe yeleen et laisser son ego de c?t?. bon vent ? chacun d'eux pour la suite.

  5. il faut comprendre chere patriote du faso que le pouvoir tend vers son crepuscule.il use du sinisme d un text pour intimider tout etre qui aspire a la vie,la liberte,la dignite…en presentan sur un examen ce qui arrivera a ce dernier s il se revolte et s il descend dans la rue crier son ral bol.la fin est proche que dis je!LEUR FIN est proche.que DIEU Benisse le Faso et Ces dignes filles et fils.Amen

  6. Je pense que c’est pr?tentieux et m?me ?go?ste de s’approprier une oeuvre alors qu’elle appartient ? un groupe.
    C’est cette m?me pr?tention et ce caract?re ?go?ste qu’? cultiv? smarty qui a sem? la dislocation dans le groupe yelen.
    Ce monsieur n’est pas une lumi?re et aucunement un mod?le.
    C’est parce que ce le texte est de yelen qu’il a ?t? utilis? et non parce que smarty l’a ?crit.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre

An 14 de la CENSAD sans Kadhafi

Posté par - 27 février 2012 0
Le ministre de la Coopération régionale, Vincent Zakané, a présidé aujourd’hui 27 février, prenez votre souffle, l’ouverture de la réunion…