Trois partis sankaristes s’unissent au sein d’un Front Progressiste Sankariste

3000 23

Trois partis politiques qui se réclament de l’idéal sankariste, en l’occurrence l’UNIR/PS de Me Benewende, le FFS de Norbert Michel Tiendrebeogo et le CNR/MS de Romain Conombo, ont constitué une union dénommée « Front Progressiste Sankariste ». Cette union a été finalisée et rendue officielle à l’issue d’un congrès qui a porté sur le thème : « Créer les conditions de l’alternance alternative au Burkina Faso ».

Le Front des Forces sociales, le Conseil National Révolutionnaire/Mouvement sankariste et l’Union pour la renaissance/Parti sankariste ont décidé de continuer le combat pour l’alternance dans une nouvelle union constituée, ce samedi 11 octobre.

Il s’agit, d’une « union structurelle » pour « donner plus de chances à nos bases de se fédérer, de se connaître, en vue d’une fusion crédible » a expliqué Me Bénéwendé Stanislas Sankara de l’UNIR/PS.

En attendant la fusion de tous les partis sankaristes que les délégués veulent dans de meilleurs délais, le nouveau « cadre unitaire de lutte » constitué s’est doté d’un manifeste, un statut et un règlement intérieur, un logo et une devise (Liberté-Démocratie-Justice) adoptés lors du congrès par 350 délégués.

Le Front progressiste sankariste s’est également doté d’un bureau exécutif national de 45 membres dirigé par Me Bénéwendé Sankara. Norbert Michel du FFS est le vice-président chargé de l’orientation politique et Romain Conombo, vice-président chargé de l’organisation.

« Une réponse à un appel collectif du peuple »

Les militants du Front lors du congrès (DR)
Les militants du Front lors du congrès (DR)

Le Front a clairement affirmé sa ligne idéologique. Elle se veut une force de gauche constituée par des « démocrates, patriotes, révolutionnaires, sankaristes, socialistes » indique le Manifeste. « Nous sommes progressistes » peut-on y lire.

En rappel, le projet d’union a été initié et porté à la connaissance de l’opinion le 30 août 2014, date à laquelle a eu lieu la signature d’un protocole d’entente entre les trois partis.

« En prenant l’initiative de convier à nouveau des partis politiques progressistes, personne ne vendait chère l’union envisagée. Les sankaristes se sont tellement livrés en spectacle comme des chiffonniers que certains étaient devenus frileux et méfiants quand on parle d’unité des sankaristes »,  a déclaré Me Bénéwendé Stanislas Sankara, le président du Front.

Alors que les partis sankaristes sont fréquemment critiqués pour n’être pas unis, Me Bénéwendé Sankara a déclaré que « le Front Progressiste Sankariste se veut une réponse à l’appel collectif du peuple burkinabè qui exige l’unité des sankaristes comme gage d’un changement alternatif ». Au moment où se concrétise cette union, il est annoncée une autre dans les rangs des sankaristes, l’Union Révolutionnaire du Faso (UREFA).

Pour les trois partis qui viennent de créer l’union, c’est une « victoire qui vient d’être acquise », selon Athanase BOUDO, président du comité d’organisation du congrès.

Justin Yarga
Burkina 24
 

Lire aussi

Me Sankara sur le front des Sankaristes : « Nous voulons une union crédible »

Trois partis sankaristes annoncent leur fusion prochaine

Norbert Michel Tiendrébéogo: « Le sankarisme reste une force au sein de l’opposition actuelle »

 

Il y a 23 commentaires

  1. C’est une bne initiative.Mais,malheureusement,l’histoire r?cente des alliances ou unions de ce genre au B.F finissent par un retour ? la case de d?part,pr des questions de leadership.Vivement q cette fois-ci l’int?r?t public soit le leitmotiv privil?gi

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article du même genre