Blaise Compaoré : « Peuple du Burkina Faso, j’ai entendu le message, je l’ai compris »

15580 11

Le Président du Faso, Blaise Compaoré, s’est adressé à la nation aux environs de 21h30 sur la chaîne de télévision burkinabè Canal 3. Il déclare retirer le projet de loi sur la révision de la constitution, il lève l’état de siège et annonce  à la classe politique et à la société civile être disponible pour une période de transition à l’issue de laquelle  il quittera le pouvoir.  Voici l’intégralité du discours.

Cliquez ici écouter

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/174623105″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Peuple du Burkina Faso, chers compatriotes,

Il y a des instants dans la vie des peuples et des nations où le silence est plus expressif que la prise de parole.

Ces moments de grande douleur que nous vivons en font partie.

Les manifestations violentes qui ont endeuillé et plongé notre peuple dans la stupeur n’honorent pas le pays des Hommes intègres, mais j’ai entendu le message, je l’ai compris et pris la juste mesure des fortes aspirations de changement.

Aussi, voudrais-je présenter mes condoléances  les plus attristées aux familles éplorées  et souhaiter un prompt rétablissement aux nombreux blessés.

En ce tournant décisif de la marche de notre peuple, j’appelle toutes les parties à mettre en avant l’intérêt supérieur de la nation. En ce tournant décisif de la marche de notre pays, j’appelle toutes les parties en mettre en avant l’intérêt supérieur de la nation.

J’appelle les forces de l’ordre et l’ensemble des manifestants au respect de l’intégrité physique de tous les citoyens ainsi qu’au respect des biens publics et privés.

Je demeure convaincu que le dialogue constructif pourra permettre à notre peuple de retrouver sa quiétude d’antan et regarder l’avenir avec assurance.

En ce qui me concerne, je  reste disponible à ouvrir avec vous des pourparlers pour une période de transition à l’issue de laquelle je transmettrai le pouvoir au président démocratiquement élu.

En vue du rétablissement de ce dialogue, j’ai décidé de retirer le projet de loi contesté et de  procéder à son annulation. Pour permettre à chacune des parties, l’opposition politique, la société civile et la majorité de renouer le fil du dialogue dans la sérénité, je décide ce qui suit :

-Le gouvernement est dissout

–  A compter de ce jeudi 30 octobre, je déclare annulé l’état de siège sur toute l’étendue du territoire national.

J’exprime ma reconnaissance à tous ceux qui ont cru en moi et qui  ont sacrifié de leur bien et quiétude.

  Ma reconnaissance va aussi à l’opposition pour l’attitude républicaine de ses dirigeants. Ensemble, nous devons tous œuvré à éviter un approfondissement de la fracture sociale et un délitement de notre tissu économique.

Chacun doit jouer sa partition afin que nous parvenions à un retour définitif à  la paix sociale. Je salue les forces de l’ordre pour leur professionnalisme et leur sacrifice qui nous ont évités une catastrophe qui aurait été irrémédiable.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Je vous remercie.

Blaise Compaoré

Président du Faso

There are 11 comments

  1. campaor? , tu dois partir ou tu n’as rien compris !!
    quels que soient tes m?rites , tes r?alisations , tu dois partir !!
    si tu veux rendre ton peuple heureux , annonce lui tout de suite que tu quittes le pouoir !!

  2. Sachant ce qu'on appelle trouble et instabilit? pour l'avoir en ma qualit? de Tchadien, je suggere au peuple du Fosso de faire sign? son engagement d'hier en ajoutant qu'il confie l'organisation des futurs elections ? l'opposition et a la societ? civile qui sont charg?es de designer en leur sein PM (pourquoi pas l'ancien gal)avec
    des pouvoirs elargis. Coe ?a on aura tout sauv?. Sirb?l? de Ndjamena-Tchad

  3. Mr.le pr?sident quand vous aviez le feu aux fesses, vous retrouvez Dieu et votre peuple comme en 1999 dont vous aviez promis au peuple de respecter la lettre et l?esprit de l?article 37 qui interdisent tout pr?sident du Faso de briguer 3 mandats pr?sidentiels cons?cutifs : Mais ?pres que vos fesses sont prot?g?s par cette promesse vous retournez votre veste pour tromper le peuple. Non c?est maintenant ou a jamais, vous deviez d?missionner pour trahison, mensonge a votre peuple, et abus de pouvoir, pour que le peuple prenne son destin en main. M?me pas un chien au Burkina n?a confiance a vous. Il est temps de vous faire oublier et non prendre un billet pour la CPI.

  4. blaise l'homme fort, docteur es mediation, indispensable pr?sident qui fait une d?claration sur une t?l? priv? !
    blaise d?gage et r?serve ton ?nergie pour r?pondre devant la justice.

  5. D?cid?ment il a fallu des d?tonations dans les rues pour qu'ils entendent, il a fallu que les institution prennent feu pour qu'iil voit… il a fallu que la fum?e des gaz lacrymog?ne envahissent les narines des africains pour que Mr compaor? comprenne qu'il est temps de partir…trois handicaps majeurs, c?cit?, surdit?, et l'olfactif …incapable de mener ? bien sa mission donc doit partir…

  6. Blabla, je pense que vous devriez rendre le pouvoir Mr Blaise. Qui regne par les armes perira par les armes. Bravo au peuple du Bourkina et hommage aux martyres qui sont tombe hier sous les bals de l'armee.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre