Michel Kafando « a pris le pouvoir » des mains d’Isaac Zida

3200 0

Le Président de la transition Michel Kafando a pris le pouvoir de Président du Faso,  Président du Conseil des ministres et de Chef de l’Etat des mains du lieutenant-colonel Isaac Zida. C’était à l’occasion d’une cérémonie officielle ce 21 novembre 2014 à Ouaga 2000 en présence de plusieurs Chefs d’Etat africains.

Six Chefs d’Etat de l’Union africaine (UA), de la CEDEAO  (John Dramani du Ghana, Ibrahim Boubacar Kéita du Mali, Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, Macky Sall du Sénégal, Mamadou Issoufou du Niger et Yayi Boni du Bénin) et les émissaires de l’ONU, le corps diplomatique, les gouverneurs de région, la société civile, les partis politiques ont été témoins de la passation des charges de Chef d’Etat entre le lieutenant-colonel Isaac Zida et Michel Kafando.

C’était dans la cuvette du Palais des Sports de Ouaga 2000, revêtue des couleurs du Burkina Faso.  Vingt deux jours après la démission de Blaise Compaoré, la Présidence du Faso retrouve un nouveau locataire, pour un bail de 12 mois non renouvelable. Michel Kafando a reçu le drapeau national des mains du lieutenant-colonel Isaac Zida, signifiant ainsi qu’il est désormais le Chef suprême des armées.

Le président en exercice de la CEDEAO, le président ghanéen John Dramani Mahama, a félicité le Burkina, le lieutenant-colonel Isaac Zida et Michel Kafando pour le processus de transition. Il a exhorté les chefs d’Etat à respecter les textes communautaires en matière de bonne gouvernance.

Les Chefs d'Etat entrant et sortant (© Burkina24)
Les Chefs d’Etat entrant et sortant (© Burkina24)

L’ONU, selon son représentant, Mohamed Ibn  Chambas, a reconnu  la désignation de Michel Kafando comme président de la transition et a assuré de l’accompagnement de l’ONU jusqu’à l’organisation des élections, tout en rappelant que le président et le Premier ministre de la transition ne sont pas admis à être candidats aux élections présidentielle et législatives.

L’UA, par la voix de son président, Mohamed Ould Abdel Aziz, estime que de nouvelles perspectives s’ouvrent pour le Burkina. Il a exhorté la communauté internationale à  accompagner le pays pour s’assurer un avenir « déterminant ».

Michel Kafando, dans son discours, a  pris trois engagements importants : sanctionner les auteurs de crimes économiques, rebaptiser le monument aux héros nationaux du nom de « Panthéon des martyrs de la Révolution » et autoriser les investigations sur le lieu de sépulture du président Thomas Sankara (voir).

Le Burkina a désormais un Président du Faso et un Premier ministre bien distincts. Il ne reste plus que la mise en place des autres organes de la transition que sont le gouvernement et le Conseil national de la transition.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre