CONSOM'ACTEURS : Les journalistes et communicateurs agricoles font leur festival

CONSOM’ACTEURS : Les journalistes et communicateurs agricoles font leur festival

1592 0

La liste des festivals burkinabè vient de s’allonger, avec un nouvel arrivant dédié au secteur agricole. Il s’agit de CONSOM’ACTEURS, le Festival du film sur l’Alimentation et l’Agriculture. Il est organisé par l’Association de Journalistes et Communicateurs agricoles, et sa première édition se tiendra du 1er au 3 mai 2015 à Ouagadougou.

Dans le but de promouvoir l’agriculture, des journalistes burkinabè ont formé l’Association burkinabè des Journalistes et Communicateurs agricoles (ABJCA). Depuis 2013, ils mènent des actions dans le sens d’une meilleure connaissance et reconnaissance des efforts des acteurs de l’agriculture au Burkina. Dans cette optique, l’association lance cette année CONSOM’ACTEURS, le Festival du Film sur l’Alimentation et l’Agriculture.

C’est autour d’un déjeuner de presse ce mardi 28 avril que Inoussa Maïga, président de l’ABJCA, a présenté le festival aux journalistes. Avec ses collaborateurs, ils ont déroulé le programme de cette première édition qui s’étendra du 1er au 3 mai 2015 au Siège de l’Autorité du Liptako Gourma à Ouagadougou.

Durant ces trois jours, les festivaliers auront droit à des projections-débats de films tels que « Sans terre, c’est la faim » de Amy Miller ou « Les semences prennent le maquis » de Nathanaël Coste et Marie Gabeloux.

Quant aux professionnels du secteur agricole, ils auront quatre panels pendant lesquels ils pourront échanger et trouver des solutions durables. En plus, les visiteurs du festival auront la chance de déguster des mets issus de l’agriculture locale.

Inoussa Maïga, président de l'ABJCA (debout)
Inoussa Maïga, président de l’ABJCA (debout)

Le festival CONSOM’ACTEURS, qui se veut annuel, est ouvert à toutes et tous, d’où l’entrée libre pour les projections et panels. Ses organisateurs souhaitent rapprocher les acteurs de l’agriculture et les consommateurs, de sorte à ce que le maximum de personnes soit impliqué pour un meilleur secteur agricole. Ils veulent aussi rendre hommage aux agriculteurs « qui sont nos héros et dont les efforts ne sont pas toujours reconnus ».

Même si le ministère de l’agriculture participe techniquement au festival, l’association n’a pas souhaité directement y mêler les politiques. Elle veut « que le citoyen prenne conscience et décide de comment il doit consommer. » Pour elle : « Puisque de plus en plus c’est l’avis du citoyen qui fait la politique, si le consommateur est conscient il pourra influencer les décisions politiques dans le bon sens. »

Ce qui explique pourquoi le festival n’a pas de parrain. Cela dit, les organisateurs mettent la main à la poche et les bouchées doubles pour que l’évènement soit significatif malgré son petit budget.

L’appellation CONSOM’ACTEURS dérive des mots consommateurs et acteurs, et est une interpellation à tout citoyen. Selon le président de l’association Inoussa Maïga : « Il faut que nous soyons plus acteurs que consommateurs, car s’il y a des problèmes dans l’agriculture cela engage aussi les consommateurs ». Il précise aussi que « Tout acte de consommation doit être vu comme un acte de vote : il faut faire des choix utiles. Nous voulons le développement de notre agriculture. »

Ce festival vient à point nommé, vu la récente affaire OBOUF qui a tourmenté l’esprit de nombreux consommateurs, et les nombreuses autres affaires d’huiles frelatées et de denrées impropres à la consommation. Il est certainement temps que les Burkinabè apprennent à faire des choix salvateurs de ce qu’ils consomment ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre