Ouaga : Des jeunes sensibilisent pour une « Saint-Valentin sans grossesse non désirée » !

3586 0

Le Réseau des jeunes ambassadeurs pour la planification familiale du Burkina Faso a organisé ce vendredi 12 février 2016, au Centre féminin d’initiation et d’apprentissage aux métiers (CFIAM) sis au quartier Ouaga 2000, une activité de sensibilisation intitulée « Saint-Valentin sans grossesse non désirée ». Ce réseau de jeunes soutient qu’au Burkina, c’est généralement à l’occasion des fêtes de fin d’année et de Saint-Valentin, « la fête des amoureux » que beaucoup de filles sont victimes de grossesses non désirées.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chaque année, l’on dénombre 80 millions de grossesses non désirées. Ce qui occasionne 45 millions d’IVG (Interruptions Volontaires de Grossesse) qui ont malheureusement pour conséquences 70.000 décès dont 97% sont enregistrés dans les pays en développement. Cette situation est considérée comme un grave problème de santé publique surtout dans les pays du tiers monde.

Au Burkina, la santé sexuelle et reproductive (SSR) des adolescents et des adolescentes se caractérise entre autres par une sexualité précoce (un adolescent sur quatre dont l’âge varie de 15 à 19 ans a déjà enfanté ou connu une 1re grossesse), des mariages précoces, des grossesses non désirées (14,4% en milieu urbain et 28,4% en milieu rural), des avortements clandestins provoquant des décès maternels, le multi partenariat, les rapports sexuels non protégés, conduisant à une prévalence élevée au VIH/SIDA, etc.


Lire aussi : Population et développement : L’urgence de continuer d’agir pour la Planification familiale

Population et développement du Burkina : L’urgence de continuer d’agir pour la planification familiale


Le phénomène des grossesses non désirées des jeunes filles notamment en milieu scolaire au Burkina constitue donc un véritable fléau. De la région de la Boucle du Mouhoun en passant par le Centre, le Centre-Est, le Centre-Ouest jusqu’au Plateau Central, le phénomène inquiète non seulement les politiques mais surtout les populations elles-mêmes. Au niveau des initiatives du gouvernement et de ses partenaires, des efforts sont faits. Mais il reste toujours beaucoup à faire.

La Présidente du réseau, Géneviève Clémentine Tarnagda (ABBEF)
La Présidente du réseau, Géneviève Clémentine Tarnagda (ABBEF).

Le Réseau des jeunes ambassadeurs pour la planification familiale, un ensemble de jeunes issus d’organisations communautaires œuvrant dans le domaine de la SSR, pour une 1re édition, a opté pour la sensibilisation de proximité et les mass-médias notamment via les réseaux sociaux.

Ce 12 février dans le centre féminin d’apprentissage, CFIAM, et sous la coupole du Groupe technique de la santé sexuelle et de la reproduction, le réseau « bien formé pour la circonstance » a initié une campagne intitulée « Saint Valentin sans grossesse non désirée ». « Notre idée, c’est de faire changer les comportements. Cela veut dire susciter le débat pour que les gens puissent adopter un comportement sain et responsable », a confié la Présidente du réseau, Géneviève Clémentine Tarnagda de l’ABBEF.

Quelques membres du Réseau présents ce jour : Ouédraogo Michaëlou (BURCASO), Belem Zakaria (BURCASO), Massita Sanon (Population Council), Ouédraogo C. Faysal (RAJS), B. Jean Benjamin (ABBEF), Armelle Ouédraogo (RAJS), Sonia Nikiéma (RAJS), Edine Tall (Mouvement français).

Réseau des jeunes ambassadeurs pour la PF du Burkina Faso.
Réseau des jeunes ambassadeurs pour la PF du Burkina Faso.

Le réseau, porté sur les fonts baptismaux en juillet 2015, a choisi de sensibiliser les filles venues pour apprendre des métiers, auparavant destinés aux hommes. « On a choisi ce centre, parce qu’en majorité, ce sont des filles et qui ne font pas les cours en général comme on le fait en ville, puisqu’elles y font la mécanique, l’électronique, etc. », a soutenu Géneviève Tarnagda.

Il s’agit selon elle de « travailler ensemble » avec ces filles. « On ne vous apprend rien », lance-t-elle. L’activité interactive a été donc marquée par des travaux de groupe. Et la plupart de ces filles ont manisfesté un sentiment de satisfaction quant à cette séance de sensibilisation.

Pour rappel, le jour de la Saint-Valentin, le 14-Février de chaque année, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses de préférence rouges qui seraient l’emblème de la passion. Mais il faut le noter, le 14-Février est également consacré à une « Journée de sensibilisation aux malformations cardiaques congénitales » dénommée « Congenital Heart Defect Awareness Day ». Certains considèrent « ironiquement » cette journée comme « consacrée aux maladies cardiaques » le jour même de la fête des amoureux.

Noufou KINDO

Burkina 24


Portfolio

DSCN0145 DSCN0154 DSCN0152 12705409_1231632276864313_8177993451231760920_n

 


 

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre