Burkina : 12 faits marquants de l’actualité politique en 2016

5822 0

De nombreux faits politiques ont jalonné l’année 2016. Voici, empiriquement et chronologiquement, 12 d’entre eux jugés marquants par la Rédaction de Burkina24.

1- La nomination de Paul Kaba Thiéba

Paul Kaba Thiéba à sa descente d’avion ce 7 janvier 2016 à l’aéroport de Ouagadougou, en provenance de Dakar

Après l’investiture de Roch Marc Christian Kaboré le 29 décembre 2015, les Burkinabè pensaient que le nouveau Premier ministre allait être connu dans les trois premiers jours. Mais il a fallu attendre une semaine pour que le 7 janvier 2016, la fumée blanche sorte du palais de Kossyam, dévoilant le nom de Paul Kaba Thiéba.

2- Le feuilleton judiciaire du putsch de septembre 2015

Le Président de l’Assemblée Nationale du Faso, Salif Diallo en entretien avec le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara

Le 28 avril 2016, la justice militaire a annulé tous les mandats d’arrêt internationaux lancés dans le cadre de l’enquête du putsch de septembre 2015 pour vice de forme. Le 6 juin 2016, la même justice annonce que le mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, ne sera pas reconduit.

Le 31 mai 2016, le Président de l’Assemblée nationale burkinabè Salifou Diallo se rend en Côte d’Ivoire et y annonce que « Alassane Dramane est notre grand-frère ». Le Président du Faso lui-même affirmera  que son gouvernement a décidé de privilégier la voie du « règlement diplomatique » dans l’affaire du putsch et de l’implication supposée de Guillaume Soro.

Enfin, en août 2016, le sommet du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d’Ivoire se tient à Yamoussokro. Une affaire de coup de fil entre le président Roch Kaboré et l’ancien président Blaise Compaoré exilé en Eburnie nourrira la polémique pendant quelques jours.

3 – Elections municipales violentes

Le 22 mai 2016 ont eu lieu les élections municipales dans un climat tendu après une campagne électorale émaillée de violences  lors desquelles des pertes en vies humaines et des destructions de biens sont enregistrées. La proclamation des résultats et l’élection des conseils municipaux donneront également lieu à d’autres débordements.

Ces élections ont marqué la fin du mandat du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le 25 juillet 2016, Newton Ahmed Barry est élu en remplacement de Me Barthélémy Kéré.

4- Les parcelles et les déboires de Zida

Les Premier ministres entrant et sortant le 7 janvier

Le premier trimestre a été marqué par des tirs à boulets rouges sur l’ancien Premier ministre Isaac Zida. Le Président du Faso Roch Kaboré a même lancé un ultimatum au Général pour qu’il rentre du Canada. En cause, une désertion de l’armée, mais également des questions de parcelles et de mauvaise gestion des fonds de l’Etat. Jusqu’à la fin de l’année 2016, Isaac Zida n’est pas rentré au Burkina et n’a pas donné signe de vie non plus.

5- Arrestation de Luc Adolphe Tiao

Luc Adolphe Tiao, lors d’une conférence de presse en juillet 2014 (© Burkina 24)

Le 16 septembre 2016, l’ancien et dernier Premier ministre de Blaise Compaoré est arrêté et mis sous mandat de dépôt par le parquet de la Haute cour de justice. Il lui est reproché les morts enregistrés lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

D’autres ministres ont été auditionnés quelques jours plus tôt. Mais Tiao bénéficiera d’une liberté provisoire le 11 novembre 2016, soit moins d’un mois après son arrestation.

6- La  commission constitutionnelle est installée

La Commission constitutionnelle a été officiellement installée ce jeudi 29 septembre 2016 -© Burkina 24

Le Président du Faso a procédé à l’installation, le 29 septembre 2016, de la Commission constitutionnelle. Elle est chargée de proposer un avant-projet de Constitution, dont l’adoption conduira au passage à la Cinquième république.

7 – Blaise Compaoré ne sera pas jugé

L’ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire depuis 2014, a rencontré l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié à son domicile d’Abidjan, le 10 octobre 2016.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Le 30 septembre 2016 lors d’une conférence de presse, le Procureur près la Haute cour de justice Armand Ouédraogo annonce que l’ancien président Blaise Compaoré ne sera pas jugé pour attentat à la constitution et haute trahison. Il ne le sera qu’en tant que ministre de la Défense.

8 – Lancement projet du mémorial à Thomas Sankara  

Chaudes accolades entre Jerry Rawlings et Boukari Kaboré dit Le Lion

Le 2 octobre 2016, un rassemblement de plusieurs forces lance officiellement à Ouagadougou le projet de construction d’un mémorial dédié au Président Thomas Sankara. Ce lancement connaît la présence de l’ancien président ghanéen, John Jerry Rawlings. Ce mémorial a pour ambition de garder vifs les idéaux du père de la Révolution d’août 1983.

9 – Le décès de Françoise Toé

Françoise Toé – DR

Le 9 octobre 2016, Françoise Toé, candidate à la présidentielle de novembre 2015, perd la vie dans un accident de la circulation.

10 – La  Création de la CODER

Les membres de la CODER, le 16 octobre 2016 – © Wat FM

L’opposition semble être divisée. Mais le  Chef de file Zéphirin Diabré assure qu’il n’en est rien. Cependant, deux pôles sont créés au sein des opposants. La Coalition des forces démocratiques pour un vrai changement dirigée par Diabré  et la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale, présidée par Ablassé Ouédraogo. Celle-ci a été créée et officiellement présentée le 16 octobre 2016.

11- La commémoration de l’An II de l’insurrection

Le 30 octobre 2016, le Burkina a commémoré le deuxième anniversaire de l’insurrection populaire d’octobre 2014. Plusieurs activités ont marqué cette commémoration : un panel organisé par le Chef de file de l’opposition sur les acquis de l’insurrection et plusieurs cérémonies d’hommage rendues par le gouvernement, notamment aux martyrs. Le Boulevard France-Afrique a été rebaptisé Boulevard de l’insurrection populaire le 21 octobre 2016.

12 – Les tablettes à polémique

Rappel

Burkina24

Le 5 décembre 2016, les députés décident de rendre au gouvernement des tablettes que ce dernier lui a remises dans le cadre d’un don offert par la société Huawei. L’opinion a considéré que  ce don s’apparentait à un fait de corruption.

Rassemblés par Abdou ZOURE

Burkina24

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Articles du même genre