Assemblée nationale : Le groupe Burkindlim n’a pas fait du « béni-oui-oui »

3072 0

Le groupe parlementaire Burkindlim se défend d’avoir fait juste du « béni-oui-oui » durant les sessions parlementaires écoulées. Composé de sept partis politiques, le groupe a fait ce jeudi 2 février 2017 le bilan de sa participation à l’animation de la vie politique et de ses prises de position depuis l’Assemblée nationale.

Membre de la majorité parlementaire, le groupe Bukindlim composé de l’UNIR/PS, du PAREN, du NTD, de l’ODT, du PDS/Metba, du MDA, de l’UBN, du RDS,  « pour l’essentiel des lois, n’a pas voté contre ». C’est en somme l’estimation faite de la participation à l’Assemblée nationale au cours des sessions parlementaires écoulées du groupe par son président Issa Barry.

S’ils ne le l’ont pas fait, explique-t-il, c’est qu’« il faut que le PNDES soit opérationnalisé pour le bonheur du peuple burkinabè ». Mais dénote le député, ils n’ont pas tout pris sans émettre des observations sur certains aspects, parce que ajoute-t-il, « ce n’était pas opportun »

Cela est arrivé selon Issa Barry au cours du vote de la loi portant sur le budget exercice 2017. En le votant article par article, souligne-t-il, il y a eu des moments où certains députés se sont abstenus. Cela, même si le groupe est amené à participer aux côtés du parti majoritaire MPP, à examiner et à adopter les lois pour permettre à l’exécutif « de pouvoir mener à bien ses activités ».

Invité à évaluer la participation du groupe Burkindlim, Issa Barry a indiqué que le groupe se félicitait du travail abattu qu’il juge « très satisfaisant ». Même si, admet-il, le groupe n’est pas toujours le premier à réagir sur les actions entreprises par l’exécutif.

« Nous n’avons pas fait du béni béni-oui-oui parce qu’à l’intérieur des textes, nous nous sommes abstenus à défaut de voter contre. Cela  veut dire que c’est une nouvelle ère à l’Assemblée nationale. On n’est pas là seulement pour dire qu’on est de la majorité », s’est défendu le Président du groupe Burkindlim.

Oui KOETA                         

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Oui Koeta

Je pense que 'la vitalité d'un pays se mesure (en partie) à celle de ses journalistes'. Merci de participer à cela à travers vos retours de lectrices et lecteurs. I believe that 'the vitality of a country is meseared (in part) by that of its journalists'. Thank you for being part of the adventure by giving feedback.

Article du même genre