Siméon Sawadogo : « L’Etat ne disparaîtra pas dans le Nord »

4198 0

La rentrée a été effective ce mardi 21 février 2017 pour le nouveau gouvernement de Paul Kaba Thiéba. Après l’annonce le lundi 20 février, une prise de contact présidée par le Président du Faso, Roch Kaboré, a eu lieu à Kossyam ce mardi. La sécurité et la défense du territoire ont été largement abordées avec les nouveaux tenants des portefeuilles ministériels.

La sécurité et la défense du territoire sont une question « importante », estime le Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Et au nombre des mesures prises pour le renforcement de la défense et de la sécurité, le Premier ministre cite la scission des ministères concernés.  

Siméon Sawadogo, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, qui occupe désormais la partie ‘’amputée’’ du ministère jadis dirigé par Simon Compaoré (actuel ministre de la Sécurité) veut, dans son travail « assurer la présence de l’Etat » sur l’ensemble du territoire pour que celui-ci puisse assurer son rôle régalien. Il se donne également pour objectif de travailler à accompagner les collectivités territoriales, à faire en sorte que le PNDES soit réalisé, que la décentralisation soit bénéfique au niveau des populations à la base.

Vidéo – Le nouveau ministre de la défense s’exprime

Burkina 24

Sur la situation qui prévaut dans le Nord du pays, Siméon Sawadogo formule l’engagement que l’Etat ne disparaîtra pas. « L’Etat ne disparaîtra pas dans le nord. L’Etat a existé et existera toujours dans le nord », rassure-t-il. La même trompette a été embouchée par le ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Jean Claude Bouda.

Il était ministre de la jeunesse dans le précédent gouvernement et a remplacé le Président du Faso Roch Kaboré à la défense. « Le Burkina est un pays qui n’a jamais plié l’échine devant n’importe quelle situation. Nous sommes une nation forte et nous allons le demeurer », confie Jean Claude Bouda.

Le ministre de la défense informe que c’est avec « beaucoup de responsabilité » que sa mission sera accomplie. Au-delà de l’aspect individuel dans la gestion de son portefeuille ministériel, Jean Claude Bouda dit vouloir miser sur le travail en groupe : « l’époque des Zorro et des Rambo, c’est terminé. On réussit vraiment en groupe. Je mesure l’ampleur et la délicatesse de la tâche », dit-il.

Lire aussi – Remaniement ministériel au Burkina : Trois départs, 5 arrivants

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre