Burkina : Visite au soleil qui fait briller l’or à Essakane

1909 0

« I am gold, I am also solar ! ». Ainsi peut se résumer l’engagement de la mine d’or à investir davantage dans les énergies renouvelables pour les populations et l’industrie minière au Burkina Faso. Le bijou solaire inauguré le vendredi 16 mars 2018 continue de faire des émules. Des journalistes promouvant les énergies renouvelables et le développement durable n’ont pas pu résister à la tentation. Une équipe du JED est allée toucher du doigt les réalités de ce plus grand parc hybride solaire/fuel du monde qui a une production énergétique de 15 MW.

Le réseau de journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (en abrégé JED) a séjourné du 22 au 23 juin 2018 dans la région du Sahel. Les Hommes de médias ont pu visiter la centrale solaire Essakane Solar SAS.

Cette immersion s’inscrit dans le cadre des 5e journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE) prévues du 28 au 30 juin 2018 sur « Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina Faso ». Après avoir rempli les rigoureuses formalités d’accès à la mine, la balade médiatique débute par une séance de formation des visiteurs sur la politique Santé, Sécurité et développement durable.

Le groupe de journalistes a pu découvrir que mines et énergies font bon ménage à I Am Gold Essakane SA. La mise en place d’Essakane Solar à plus de 13 milliards de FCFA en est une preuve. La société par actions simplifiée (SAS) implémentée au Burkina en 2016 et opérationnelle depuis mars 2018 a détrôné l’Australie pour se positionner en tant que plus grande centrale hybride solaire/fuel du monde.

Elle est de droits burkinabè. Son rôle principal, c’est de revendre de l’énergie reconductible à la mine. Equipée de 130.000 panneaux solaires, la centrale hybride produit environ 7% d’énergies supplémentaires. Elle permet à la mine d’économiser six millions de litres de fioul par an, d’éviter la production de 18.500 tonnes de CO2 par an et d’offrir 40 emplois directs durant la phase d’exploitation.

Les nombreux avantages de la centrale expliqués aux journalistes.

750.000 litres de fioul déjà économisés…

« Cette centrale est aujourd’hui la plus grande centrale hybride fuel/solaire du monde. Ce projet s’inscrit aussi dans une politique de développement local ambitieuse avec 75 personnes employées pour la construction et un effectif permanent de 40 personnes sur les 15 prochaines années », explique la Directrice générale d’Essakane Solar SAS, Emma Marie Blanche.

Et à son collègue, Assane Valéry Ido, Chargé de projet solaire, d’ajouter que la mine d’or d’Essakane, pour ses besoins d’énergie aux fins de fonctionnement, disposait déjà d’une centrale énergétique de mazout lourd de 57 MW. Mais, la transition au traitement de minerais durs a requis une augmentation de la consommation énergétique de la mine passée d’environ 14 GWh/mois en 2013 à 26 GWh/mois en 2015.

C’est pour faire face à cette consommation qui a presque doublé que l’idée de la centrale solaire hybride de 15 MW est née. L’installation est dotée entre autres de 120 boîtes de sectionnement et d’au moins trois paratonnerres. Pour l’heure, aux dires de ses responsables, elle a déjà économisé près de 750.000 litres de fioul.

Le Président du réseau de journalistes JED, Grégoire Bazié, salue les efforts fournis par la mine d’or pour son engagement vers les énergies renouvelables. Il caresse par ailleurs un brin d’espoir que la centrale Essakane Solar profitera au Burkina Faso une fois l’exploitation terminée.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre