Burkina vs Botswana : « Il faut jouer à fond pour avoir un bon résultat » (Charles Kaboré)

1045 0

Le capitaine des Étalons du Burkina Charles Kaboré est sur la menace d’une suspension parce que possédant déjà un carton jaune dans ces éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. Face au Botswana le samedi 13 octobre à 18h, Charles Kaboré, conscient que les Étalons doivent gagner à tout prix, ne veut pas tenir compte de cet aspect. Il promet plutôt de se donner à fond pour arracher la victoire.

« Quand on démarre un match, on ne se pose pas beaucoup de questions. A chaque fois qu’on se dit qu’on ne prend pas un carton, on sort avec un carton rouge derrière. Maintenant, il faut jouer à fond, aider l’équipe le mieux possible pour avoir un bon résultat. Je ne penserai pas aux cartons sur le terrain », prévient d’emblée Charles Kaboré, interrogé en conférence de presse d’avant-match le jeudi 11 octobre 2018. Pour le capitaine des Etalons, le plus important est de s’imposer d’abord à domicile.

Interrogé également sur la défaite en Mauritanie, Charles Kaboré reconnait qu’il faut se relever de cette chute. « On est bien réveillé. On sait que contre la Mauritanie, c’était un faux pas. On sait que les responsables, ce sont nous les joueurs. Mais sur le terrain, quel que soit ce que le coach dit, quand on monte, c’est nous qui devons minimiser les erreurs », confie le capitaine des Étalons.

« On essaie de se respecter »

Il pense que les joueurs doivent assumer les erreurs et en tirer des leçons pour les deux matchs à venir. « J’espère qu’on pourrait se relever pendant ces deux matchs pour faire un bon match ici et au Botswana », indique-t-il. Il est également revenu sur son statut de capitaine qui lui permet de donner des conseils sur le terrain. Mais pour Charles Kaboré, il faut savoir quand parler à ses coéquipiers pour que les consignes du coach soient respectées. Et cela se fait surtout dans les vestiaires selon Kaboré.

« Sur le terrain, il y a tellement de choses qui peuvent se passer comme en Mauritanie. Je ne peux pas m’occuper de moi-même et commencer à courir derrière un joueur comme un entraîneur. On essaie de se respecter, de se dire des trucs dans les vestiaires après, chacun est libre de faire le choix qu’il veut sur le terrain. C’est aussi ce qui fait qu’on est une équipe. J’espère que contre le Botswana le samedi, on va faire le moins d’erreurs possibles et marquer des buts », conclut Charles Kaboré. Il donne rendez-vous au public ce samedi soir à partir de 18h pour une victoire face au Botswana.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre