Koudougou : Une élection contestée  

459 0

Les organisations féminines du département de Koudougou se sont retrouvées à la salle de conférence de la direction provinciale de l’éducation nationale du Boulkiémdé le mardi 13 novembre 2018 pour le renouvellement du bureau de la coordination départementale. Depuis 3 ans, le mandat de l’actuel bureau est arrivé à son terme.

Pour participer à ces votes, il fallait être membre d’une union, d’un groupement, d’un réseau, d’une association ou  d’une coopérative légalement constitués et enregistrés dans le département de Koudougou.

Deux membres par structure régulièrement inscrite et détentrice d’un récépissé de reconnaissance ont pris part aux élections. Trois jours ont servi pour l’inscription sur la liste électorale.

Selon le préfet de Koudougou, Sombénéwendé Nikiéma, celles qui ont participé aux votes sont au nombre 353. Pour lui, il y a une satisfaction vis-à-vis de l’opération puisque les choses se sont déroulées dans la discipline avec l’appui des forces de défense et de sécurité.

Elle s’est soldée par la mise en place des 13 membres du bureau de la coordination. Si le préfet de Koudougou s’est dit satisfait du déroulement de l’opération, ce n’est pas le cas pour certains membres de groupements, associations et unions qui dénoncent la manière dont l’opération s’est déroulée.

Contestation

D’après la porte-parole des groupements, unions et associations qui ont déserté la salle avant la fin de l’opération Mariam Zouré, c’est Léontine Zoma qui a gagné les élections en lieu et place de Eugénie Ouédraogo, car pour elle, après les décomptes, celle-ci a obtenu 189 voix contre 163 voix pour sa concurrente.

Mais à leur grande surprise, le préfet a annulé les résultats et proposé une nouvelle reprise. C’est dans cette « cacophonie », ajoute-t-elle  que Eugénie Ouédraogo est gagnante avec 188 voix.

Elle ajoute que le vote s’est déroulé sur le système de la main levée alors que les femmes vivant avec un handicap n’ont pas eu accès à la salle. Conséquence, elles n’ont pas été prises en compte. De l’avis de Mariam Zouré, l’article 33 de l’arrêté portant création, attribution, composition et fonctionnement des coordinations des organisations féminines au Burkina Faso a été violé parce que Eugénie Ouédraogo est élue 2ème adjointe au maire de Kindi. Son titre de maire ne lui permet pas d’occuper ce poste. Pour cela, tous les membres des groupements unions et associations qui ont quitté la salle avant la fin de l’opération contestent l’élection de Eugénie Ouédraogo et les autres membres du bureau qui occupent un poste politique.

Elle demande l’annulation pure et simple des résultats et la reprise du vote.

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre