Journées de la commune burkinabè 2018 : La gestion du foncier au cœur des préoccupations

517 0

L’Association des Municipalités du Burkina Faso (AMBF) tient sa 15e édition des Journées de la commune burkinabè du 15 au 17 novembre 2018 dans la ville de Kaya. Cette année, c’est la gouvernance foncière qui est au centre des échanges.

C’est la province du Sanmatenga, chef-lieu Kaya dans la région du Centre-Nord, que les maires des 351 communes du Burkina Faso se sont donnés rendez-vous les 15, 16 et 17 novembre 2018 pour réfléchir sur la gouvernance du foncier, dans le cadre de la 15e édition des Journées de la commune burkinabè. « Place et rôle des collectivités territoriales dans la gouvernance foncière au Burkina Faso », tel est le thème qui se présente comme le grand défi des municipalités que l’Association des Municipalités des Burkina Faso (AMBF) s’est engagée à relever avec brio.

«  Le thème central est une interpellation que nous nous faisions de cette opportunité que l’Etat nous donne de reprendre les lotissements. Mais quel est notre rôle et quelleest notre place dans la gouvernance du foncier ? Et quels sont les textes que nous ne connaissons pas ? Parce que comme vous savez, nous sommes une nouvelle génération d’élus et il faut s’approprier de tous ces textes pour donner à la gestion foncière une rigueur et une bonne gestion au profit des populations. Donc Kaya va être l’occasion pour nous d’approfondir nos connaissances et de partager nos expériences sur le foncier », a indiqué le président de l’AMBF, maire de la ville de Ouagadougou, Pierre Roland Armand Béouindé.

« C’est une rencontre importante pour l’ensemble des présidents des collectivités territoriales et communales. C’est une occasion aussi de réfléchir sur un thème central qui va leur permettre d’améliorer leur quotidien et leurs actions quotidiennes. Et cette fois-ci, ils ont choisi un thème très pertinent. Il s’agit donc de la place et du rôle des collectivités territoriales dans la gouvernance foncière au Burkina Faso. C’est un thème d’actualité lié au fait que d’abord le Parlement avait mené une enquête sur le foncier. Il y a eu en deuxième position, la décision du Gouvernement qui levait donc les mesures de suspension de lotissement au Burkina Faso. C’est un thème opportun et pertinent sur lequel, ils vont se pencher lors de cette rencontre. Le Gouvernement est venu donc les encourager », a apprécié à son tour le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Simeon Sawadogo qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

Armand Béouindé, président de l’AMBF

Pour l’occasion, il a rappelé aux responsables des collectivités territoriales qu’il y a un dispositif qui leur permet de faire une très bonne réflexion durant ces journées de la commune burkinabè notamment les dispositions légales à travers les lois 034 et autres. Il a ensuite invité les participants à s’approprier véritablement des dispositions pertinentes de la législation nationale en matière de gouvernance foncière au Burkina Faso surtout en visitant le code général des collectivités territoriales, la loi 039 portant régime foncier rural, la loi 039 également de 2012 portant réorganisation agraire et foncière et ses décrets d’application, les lois sectorielles (l’urbanisme, le pastoralisme, l’environnement, etc.). « Nous savons qu’ils vont sortir de leurs échanges un certain nombre de recommandations qui vont orienter l’action gouvernementale », a encouragé le ministre.

La présente édition des Journées de la commune burkinabè a connu la participation de l’Association des Municipalités du Mali à travers son représentant, Yacouba Traoré. Celui-ci a laissé entendre que les questions de terre sont centrales dans toute gestion au niveau des collectivités territoriales. « Nous au Mali, on en sait quelque chose et aujourd’hui si ça se discute au Burkina, je crois que cela contribue non seulement à asseoir la confiance entre les gouvernants et gouvernés mais aussi de permettre à la collectivité de se faire un peu d’économie face aux enjeux très très importants du développement au niveau de la base », a confié le conseiller municipalmalien.

Le président de la commission de l’UEMOA, parrain de la 15e édition des Journées de la commune burkinabè, le Nigérien Abdallah Boureima en mission à Lomé (Togo) pour la cérémonie du cinquantième anniversaire de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), a chargé son représentant Filiga Sawadogo de traduire tous ses remerciements au comité d’organisation sur son choix comme parrain.

La cérémonie d’ouverture a été  auréolée de parades, d’animation et autres prestations de troupes favorisant ainsi l’ouverture des discussions des responsables municipaux pendant ces 72 heures d’échanges.

Saga SAWADOGO (Stagiaire)
Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre