Affaire juge Salifou Nébié : « La Justice ne communique pas »

2414 8

Après le Syndicat autonome des magistrats du Burkina (SAMAB), c’est au tour des organisations de la société civile regroupées au sein du Collectif justice pour Salifou Nébié de s’interroger sur le silence de la justice quatre mois après la mort dans des circonstances non élucidées du juge Salifou Nébié. Lors d’un point de presse ce 27 septembre 2014, elles ont invité à un « traitement diligent » de l’affaire et appelé  les autres organisations à une journée contre la « banalisation de la vie humaine ».

Le Collectif justice pour Salifou Nébié dit ne pas comprendre le silence de la Justice, depuis la publication par voie de presse du rapport d’autopsie du médecin-légiste français Stéphane Chochois.

« Il n’y a pas d’information et c’est inquiétant », s’inquiète Boukary Conombo, président du Mouvement Brassoir Noir (MBN) lors d’un point de presse ce samedi. Selon lui, le Collectif a multiplié les contacts avec la Justice,  qui reste muette sur le dossier.

Ces enveloppes de 500 000 F CFA …

Issaka Nignan, représentant du Collectif à Léo, est revenu sur l’épisode du doa du juge Nébié. Selon lui, ce jour-là, le parti au pouvoir, CDP, est venu remettre une enveloppe de 500 000 F CFA pour soutenir la famille. « A l’enterrement, aucun parti politique n’est venu présenter ses condoléances. Pourquoi venir au doa avec 500 000 F CFA ? », s’est interrogé Nignan. L’enveloppe n’a pas été  acceptée par la famille, affirme-t-il, mais a été reçue pour ne pas « manquer du respect » au chef de canton qui faisait partie de la délégation. Mais la somme a été retournée le lendemain au maire de Léo. Cependant, la personne qui a fait « transiter » l’argent est décédée. « Il n’était pas malade. C’est une mort suspecte. Si j’étais médecin comme l’autre (Chochois, nldr), j’allais dire qu’il est mort de crise cardiaque »,  ironise Issaka Nignan, qui a également dénoncé un récent meeting organisé par le CDP pour « la cohésion » dans le village du juge Nébié et d’autres enveloppes de 500 000 F CFA envoyées pour « empêcher des marches à Léo ».

« Au  regard de cette situation, des organisations de la société civile, réunies en Collectif justice pour Salifou Nébié, lance un appel à toutes les organisations de la société civile (…) à se joindre au collectif pour l’organisation de la journée nationale de rejet de la banalisation de la vie humaine dans notre pays », lance le Collectif, par la voix du président du MBN.

La date de cette journée n’est pas encore connue  mais elle coïncidera avec l’une des « nombreuses dates-anniversaires des différents crimes et autres assassinats et disparitions », note le Collectif qui recense 107 crimes restés impunis. Pour le Collectif, cette journée s’explique.

« On a trop banalisé la vie humaine. Nul n’a le droit d’enlever la vie d’un homme. Seul Dieu a ce droit », décrète Djibril Didigui de Luglu, président du Mouvement Justice pour le Nahouri.

« La mort de Salifou Nébié a révolté tout le monde.  Nous voulons que tous ça s’arrête dans ce pays ! », ajoute-t-il.

« Le juge Salifou Nébié n’est pas mort par un accident routier »

De la conviction des membres du Collectif, la thèse de l’accident routier pour expliquer le décès du juge Négié ne tient pas la route. « Le juge Salifou Nébié n’est pas mort par un accident routier. C’est une certitude pour nous », indique Issaka Kourouma, représentant de l’Association « Bâtir le Nahouri ». Cette certitude se fonde sur des « questions qui sont troublantes et restent sans réponse».

Le Collectif, sans remettre en cause la compétence du médecin-légiste, rejette cependant son rapport, trouvant que c’est un   « rapport arrangé ».

Pour le reste, le Collectif déclare qu’elle ne baissera pas la garde. Des structures déconcentrées  du mouvement sont en cours de mise en place dans les provinces à cet effet.

En rappel, le 24 mai 2014, le juge Constitutionnel  Salifou Nébié a été retrouvé mort sur la route de Saponé, à une centaine de kilomètres de Ouagadougou. Les premières conclusions d’un médecin burkinabè et du Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou avaient conduit à « un homicide volontaire ».

Mais le rapport (divulgué par voie de presse) du médecin-légiste français Stéphane Chochois, requis par l’Etat burkinabè, a réfuté cette première conclusion, estimant que le juge était décédé d’un « accident de la route » causé par un engin lourd et « excluant l’intervention d’une tierce personne ».

Abdou ZOURE
Burkina 24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

There are 8 comments

  1. Merci Luc Kourouma, depuis ce 13 d?cembre 1998 ton combat ? travers tous les m?dias reste le m?me pour l?injustice et l?impunit?, et la question de Norbert Zongo au pr?sident Blaise Compaor? reste toujours valable : ????comment fera le pr?sident pour s?imposer aux intellectuels qui appr?hendent les dimensions de sa dictature et le drame qu?elle repr?sente pour notre peuple ? Une seule solution s?impose ? lui : la r?pression, emprisonner, tuer, faire dispara?tre, il n?y a pas d?autre alternative. Mr. le pr?sident est bel et bien reparti pour la violence qui fera bient?t de nouvelles veuves et des nouveaux orphelins.
    Oui, comment pourrons nous construire une d?mocratie dans la violence et dans l?injustice?

  2. atend vs vs fout? d? gens ou qoi .qelqun meurt dpw la!!! c? mintenant qe vs vs lev? pour parl?r d silence.si vs ?te corompu fo l dir.ici o burkina tou l mond c? qe parler la ?a na jam? rgl? affair. l? gen m?m on r?sn d dir qe « du plu petit o plu gran magistra du burkina ? corompu d la t?t jusqo pied »

  3. Nous sommes en plein dialogue cruciale dans notre pays pour aboutir ? une solution finale afin que l?alternance politique se fasse en paix : Et comme s?adressait au peuple au peuple Burkinab? en 1999 le conseil des sages notre r?f?rence de d?mocratie, ????la v?rit? doit venir de tous ceux qui s?expriment avec sinc?rit钒??? un message sanctionn?, est un message qui qui dit la v?rit?. Avez-vous des m?moires courtes ? Le 13 d?cembre 1998, on d?couvre sur la route de L?o-Sapouy-ouagadougou un 4×4 immobilis? brul?, 4 corps, parmi ces corps Norbert Zongo journaliste a la parole d?or de franc parl? : le 15 octobre 1987 Thomas Sankar a re?u 10 balles dans le corps dont deux dans sa t?te de son fr?re d?arme du sanguinaire capitaine blaise Compaor? qui l?a exp?di? a l?enfer et l?assume : Apres Thomas Sankara, le capitaine Blaise Compaor? offrait les t?tes de ses vrais compagnons comme des troph?es a son tr?ne, ? commencer par Zongo Henri,Jean-Baptiste Lingani, Cl?ment Oumarou Ou?draogo, Watamou Lamien, Hyacinte Kafando. Son g?nie de tuer ?tait endormi dans les 10 derni?re ann?es ? cause d?une ?quipe intelligente qui l?emp?chait de commettre l?irr?parable, malheureusement ces bons samaritains ont ?t?s ?cart? par un fr?re et sa belle-m?re qui veulent accaparer du tr?ne, et la gal?re du peuple Burkinab? recommence avec la r?pression gratuite. Messieurs du collectif, sous le r?gne de Mr. Blaise Compaor?, l?impunit? et l?injustice sont le plat pr?f?r? de la famille Compaor?. Tous les crimes orchestr?s en politique, ne seront jamais ?lucid?s. R?veillez vos m?moires, en attendant l?alternance politique de notre pays assoiff? de la vrais justice comme tous les pays dites d?mocratique.

  4. Avez-vous des m?moires courtes ? Le 13 d?cembre 1998, on d?couvre sur la route de L?o-Sapouy-ouagadougou un 4×4 immobilis? brul?, 4 corps, parmi ces corps Norbert Zongo journaliste a la parole d?or de franc parl? : le 15 octobre 1987 Thomas Sankar a re?u 10 balles dans le corps dont deux dans sa t?te de son fr?re d?arme du sanguinaire capitaine blaise Compaor? qui l?a exp?di? a l?enfer et l?assume : Apres Thomas Sankara, le capitaine Blaise Compaor? offrait les t?tes de ses vrais compagnons comme des troph?es a son tr?ne, ? commencer par Zongo Henri,Jean-Baptiste Lingani, Cl?ment Oumarou Ou?draogo, Watamou Lamien, Hyacinte Kafando. Son g?nie de tuer ?tait endormi dans les 10 derni?re ann?es ? cause d?une ?quipe intelligente qui l?emp?chait de commettre l?irr?parable, malheureusement ces bons samaritains ont ?t?s ?cart? par un fr?re et sa belle-m?re qui veulent accaparer du tr?ne, et la gal?re du peuple Burkinab? recommence avec la r?pression gratuite. Messieurs du collectif, sous le r?gne de Mr. Blaise Compaor?, l?impunit? et l?injustice sont le plat pr?f?r? de la famille Compaor?. Tous les crimes orchestr?s en politique, ne seront jamais ?lucid?s. R?veillez vos m?moires, en attendant l?alternance politique de notre pays assoiff? de la vrais justice comme tous les pays dites d?mocratique.

  5. Puisse DIEU Le Tout-Puissant accueillir dans son royaume le Juge NEBIE, cette ?ni?me victime du r?gime totalitaire et agonisant de la IV ?me r?publique ! Que de sang vers? dans notre ch?re Patrie ? cause de d?sid?rata diaboliques et criminelles d’un monstre de pr?sident ? l’?go d?mesur?. Mais consolons-nous car, SEULS LES HOMMES DE BIEN PEUVENT DOUTER DE LEUR FIN ICI-BAS. LES MALFAITEURS SAVENT TRES BIEN QUELLE SERA LEUR FIN, ICI-BAS TOUT COMME DANS L’AU-DELA: UNE TRISTE ET PEU ENVIABLE FIN, AVEC, A L’APPUI, LA DAMNATION ETERNELLE ! Il faut bien que cette s?rie noire et macabre cesse dans notre cher Faso et, seule la d?ternination et le courage viendront ? bout de ce VAMPIRISME ETATIQUE ?rig?e en pratique de gouvernance par des barbares ? court d’arguments et d’id?es.

  6. mme et messieurs les juges c.etait un des votres,si vous avez la trouille d.agir ?a vous regardre et le monde vous regarde.pauvre de burkina qd il s.agit d balancer le voleur d poulet en 72h c.est ok m? qd c? pr la bne cause c? dossier class?.ah!

  7. Paix son ?me mais ceux qui veulent utiler la du juge pour se faire du flic laissent tomber on a vu les mouvement et association justice pour sankara ici donc on comprend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre