Côte d’Ivoire : Une quarantaine de policiers déférés pour corruption

Côte d’Ivoire – La lutte anti-corruption engagée par le gouvernement ivoirien dans les services publics s’intéresse dorénavant aux forces de l’ordre. Le tribunal militaire d’Abidjan a annoncé l’audition de 43 policiers dans des dossiers de corruption. Leur jugement est prévu pour la fin du mois d’octobre 2021, marquant la rentrée judiciaire.  

La suite après cette publicité

« En l’espace de 10 ans, c’est à dire depuis 2011 jusqu’à maintenant, nous avons eu dans les 306 dossiers, des plaintes contre le racket. Donc ça veut dire qu’il y a 32 dossiers par an, un seul dossier par semaine.

Dès la rentrée judiciaire, on a déjà programmé 43 dossiers qui vont s’ajouter à la quinzaine qui auraient pu être jugés mais qui n’ont pas encore été faits pour l’année passée. Donc c’est au moins une soixantaine de dossiers que nous allons juger », a expliqué le magistrat Ange Kessi, commissaire du gouvernement.

Le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé

Cette vaste opération de moralisation dans les services publics est accompagnée par le slogan « L’État vous voit ».

Epiphane Zoro Ballo, le ministre de la Lutte contre la corruption, a rassuré quant à l’élargissement de ce ménage au-delà  des policiers et gendarmes « corrompus » pour s’attaquer à l’ensemble de l’administration publique ivoirienne.

«  Les premiers signaux que le gouvernement a donnés en matière de lutte contre la corruption ont concerné des primes aux dirigeants.

Des audits ont été lancés, des directeurs généraux ont été suspendus et des audits sont en cours (…) », a souligné le ministre ivoirien.

Transparency International a indiqué qu’en 2019, un tiers des Ivoiriens disent avoir dû payer un pot-de-vin à un agent de service public.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU 

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page