Sécurité au Burkina Faso : De l’importance des Koglweogo, des Dozo et des Rugga

Le Ministre de la sécurité Maxime Koné a  présidé ce lundi 6 décembre 2021, une conférence nationale des Initiatives Locales de Sécurité (ILS) à Ouagadougou. Placée sous le thème, «  Contribution des ILS dans la lutte contre le terrorisme au Burkina : enjeux et perspectives », cette conférence a réuni les Koglweogo, les Dozo, les Rugga et les FDS.

La suite après cette publicité

En vue de dynamiser et rendre plus efficaces les dispositifs locaux de prévention et de résolution des problèmes de sécurité, une conférence a été organisée ce lundi 6 décembre 2021, au sein de la maison de la culture Jean Pierre Guingané. L’efficacité de ces dispositifs locaux permettront  d’aboutir à l’atteinte d’une sécurité nationale en lien avec la vision politique et les attentes de l’Etat central.

Les Initiatives Locales de Sécurité (ILS) des 45 provinces ainsi que les maires de quelques villes ont assisté à la conférence nationale.

A travers cette conférence, les autorités en charge de la sécurité veulent montrer l’importance des acteurs tels que les KOGLWEOGO, les DOZO et les RUGGA, dans le dispositif de sécurisation des villes et campagnes. Elles veulent également mettre en lumière le travail inestimable que les populations abattent dans cette guerre contre le terrorisme.

Selon le ministre de la  sécurité, « la situation sécuritaire difficile que nous vivons appelle à la mobilisation de tout le monde. La nation tout entière est interpellée et c’est dans cette perspective que le chef de l’Etat a lancé un appel à tous les acteurs pour que nous puissions nous mettre ensemble pour mutualiser nos efforts, pour faire face à l’ennemi ». 

« Comme vous le savez les initiatives locales de sécurité sont un maillon essentiel dans cette lutte  et nous avons tenu à les inviter à une réflexion globale pour qu’ensemble nous puissions voir comment nous allons travailler à redynamiser, à réorganiser leurs actions pour que toutes ces actions se situent dans une vision globale, pour que l’action commune que nous devons mener sur le terrain ait des résultats pour le bonheur de nos populations », a-t-il affirmé.

Cette conférence est une occasion, selon le ministre de la sécurité, de s’enquérir des difficultés qu’ils ont sur le terrain et  de revoir dans quelle mesure en tant que gouvernement  et en tant qu’Etat ils peuvent  leur venir en appui pour le travail qu’ils font.

« C’est une manière aussi de reconnaitre leur engagement dans cette lutte parce qu’ils sont sur le terrain. Ils sont les acteurs de premiers plans aux cotés de nos FDS. Il faudrait qu’à un certain moment nous puissions nous arrêter pour leur rendre un hommage et leur dire que nous sommes avec eux. Nous sommes au courant de ce qu’ils sont en train de faire et que le gouvernement est mobilisé aussi pour les accompagner », a lancé Maxime Koné.

« Personne ne peut gagner cette guerre seule« 

S’adressant aux ILS des 45 ans provinces du pays, le ministre de la sécurité  a manifesté leur importance.  « Vous savez clairement que le pays a besoin de vous, que vos familles ont besoin de vous, que votre village a besoin de vous… C’est donc par votre mobilisation et votre engagement sans faille aux cotés des FDS que nous ferons la différence. Personne ne peut gagner cette guerre seule ! Mais ensemble nous sommes plus forts que toutes les formes d’insécurité et le terrorisme ne fera pas l’exception », s’est-il exprimé.

La conférence nationale sur les ILS/SCLS a bénéficié de l’appui du Programme Cohésion Sociale, Sécurité et Etat de Droit (CoSED), mis en œuvre par le PNUD et conjointement financé par l’Allemagne, la Suède, le Danemark et les Etats Unis d’Amérique.

Selon le représentant résident du PNUD Mathieu Ciowela, à travers ce projet, le PNUD  soutiendra  le ministère de la sécurité, la police nationale, la gendarmerie, à travers le renforcement des capacités, les équipements mais aussi la mise à disposition des outils, des infrastructures qui vont aider à accueillir ces services au niveau des régions et des provinces du Burkina Faso.

Le représentant résident du PNUD Mathieu Ciowela se  dit convaincu que l’approche de la co-production de la sécurité au niveau local ou l’approche de la sécurité communautaire est absolument pertinente et nécessaire dans le contexte actuel sécuritaire.

« (…) La nature de la nouvelle menace sécuritaire, montre que les forces de sécurité intérieure à elles ne peuvent faire face au défi de la restauration de la sécurité communautaire. Dans un tel contexte, il faut revoir les paradigmes de sécurité afin d’envisager une meilleure interaction entre les Forces de sécurité intérieure, les autorités administratives et les populations, afin d’optimiser les efforts de prévention et de réponse face aux défis sécuritaires et aussi promouvoir la cohésion sociale », a-t-il  affirmé.

Plusieurs acteurs de la sécurité, les FDS ( la police nationale, la gendarmerie nationale) Koglweogo, les Dozo, les Rugga et les agents des eaux et forêts étaient présents à la conférence.

L’effectivité de la conférence sous le thème, «  Contribution des ILS dans la lutte contre le terrorisme au Burkina : enjeux et perspectives », résulte de la qualité de la collaboration avec le Ministère de la Sécurité, et s’inscrit dans le cadre de la composante sécurité du CoSED qui bénéficie d’un financement de  20 millions d’Euros de la part du Gouvernement Fédéral de l’Allemagne.

Cette contribution consiste à aider au renforcement, à accompagner le gouvernement,  à renforcer le maillage de service sécuritaire intérieur à travers le pays, surtout dans des zones fragiles.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page