Burkina Faso : Banque Atlantique et la SFI s’unissent pour former des dirigeants de TPME en gestion financière

publicite

Dans une démarche innovante et stratégique, Banque Atlantique Burkina Faso, filiale du Groupe Panafricain Banque Centrale Populaire (BCP), en partenariat avec la Société Financière Internationale (SFI), membre de la Banque Mondiale, a lancé un programme de formation destiné aux dirigeants des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises (TPME). Cette initiative, axée sur la Gestion financière et l’accès au financement, renforce l’engagement de Banque Atlantique envers la Croissance des entreprises burkinabè. Du 20 au 23 novembre 2023 à Ouagadougou, plus d’une centaine de gérants de TPME ont alors vu leurs capacités et relations bancaires renforcées.

La suite après cette publicité

Répartie sur deux sessions, quatre jours durant, la formation a abordé plusieurs thématiques telles que la rentabilité, la gestion de trésorerie et du fonds de roulement et l’accès au financement. Elle a été voulue après une constatation.

Mohamed Simporé, DG de la Banque Atlantique Burkina Faso

« Dans la politique de gestion de la Banque Atlantique, nous avons pour ambition d’accompagner nos clients dans le renforcement de leurs capacités. Cela vient du fait que les échanges que nous avons au quotidien avec les clients, on arrive à voir quelles sont les faiblesses que nous rencontrons dans la pratique de tous les jours que nos clients ont dans leurs activités.

Une des faiblesses rencontrées, c’est que les dossiers qui nous sont présentés en termes de prise en charge de leurs dossiers de demande de financement souffrent souvent de faiblesse quant à la présentation des chiffres », a fait remarquer Mohamed Simporé, Directeur général (DG) de la Banque Atlantique Burkina Faso.

Pour Mohamed Simporé, la finalité de ces sessions de formation, c’est le renforcement des capacités de leurs clients et potentiels clients de sorte à leur permettre de présenter des dossiers susceptibles d’obtenir du financement et ainsi stimuler l’inclusion financière du marché burkinabé des TPME pour accélérer une croissance durable. « Nous sommes pleinement satisfaits de cette formation. Nous avons eu 4 jours d’échanges avec nos clients. Les retours que nous avons pu avoir de ces clients ont toujours été des retours positifs…

Beaucoup étaient venus avec une certaine appréhension ; beaucoup repartent aujourd’hui avec le sentiment de devoir changer leur façon de faire et d’apporter le meilleur de ce qu’ils ont pu apprendre au niveau de cette formation auprès de leurs activités au quotidien et leur relation avec la banque », a-t-il déclaré au terme desdites sessions.

Riadh Naouar, Représentant Régional pour l’Afrique du Nord, de l’Ouest, et du Centre de l’équipe Upstream et Conseil du Groupe des Institutions Financières de la SFI a dit toute sa joie d’accompagner cette initiative de son partenaire. « Nous sommes ravis d’appuyer cette importante initiative afin de pouvoir renforcer la gestion financière et l’accès au financement de ce Groupe exceptionnel et motivé d’entrepreneurs/euses burkinabè dans le cadre de notre partenariat avec Banque Atlantique », a-t-elle déclaré.

Arnaud Ligan, représentant de la SFI au Burkina Faso, a rappelé l’importance de ces formations pour favoriser le développement des TPME. « Les formations et le renforcement des capacités sont primordiaux pour catalyser le potentiel des entrepreneurs et TPME au Burkina Faso et, pourquoi pas, leur permettre de devenir les capitaines d’industries de demain », a-t-il indiqué.

Siméon So, participant

Ces sessions ont permis aux participants de développer des compétences clés pour assurer la croissance et la pérennité de leurs entreprises. C’est le cas de Siméon So, participant, qui a salué l’initiative de la banque en ce sens qu’elle permettra d’avoir accès à un financement.

En termes de recommandations, il a préconisé la tenue régulière de ce genre de formation. « Il faudrait qu’on arrive toujours à répéter les formations. On apprend aujourd’hui, et demain, surtout avec la science tout évolue ; on ne cesse d’apprendre. Si la Banque Atlantique arrive à renouveler ça, ce serait un plus pour nous les entrepreneurs », a-t-il dit.

Djibril Coulibaly, un autre participant, dit sortir grandi et renforcé de sa session de formation. « Pour cette formation de 48 h, je dis merci à IFC et Banque Atlantique pour cette pensée. Nous sommes dans le business il y a longtemps, mais il y a des choses qu’on ne maitrisait pas trop. On nous a appris comment gérer nos business et comment venir en banque pour demander du soutien. Cette formation va changer beaucoup de choses. Pour ma comptabilité, le comptable et moi nous pouvons discuter maintenant de chiffres », a-t-il témoigné.

Troisième plus grand groupe bancaire de la zone UEMOA en termes de parts de marché, Banque Atlantique, filiale du groupe BCP, est présente dans les huit pays membres de l’Union monétaire (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo). Banque Atlantique s’appuie également sur les filiales spécialisées, à savoir Banque d’Affaires (Atlantique Finance), Gestion d’Actifs (Atlantic Asset Management) ou encore Assurances (Atlantique Assurances et Atlantique Assurance Vie en Côte d’Ivoire, GTA Assurances et GTA Assurances Vie au Togo).

Encadré

Le groupe BCP est l’une des premières institutions bancaires du Maroc. Il tire sa force de ses valeurs de solidarité et de son organisation unique au Maroc. Il est composé de 8 Banques Populaires Régionales (BPR) à vocation coopérative, de la Banque centrale Populaire (BCP), organe central du Groupe, de forme société anonyme cotée en Bourse, de filiales spécialisées, de fondations et de banques et représentations à l’étranger. Le groupe BCP est présent dans 32 pays dans le monde. Il est, au Maroc, le premier collecteur de l’épargne et un des leaders du financement de l’économie.

La Société Financière Internationale (SFI), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement axée sur le secteur privé dans les pays émergents. Active dans plus de 100 pays, elle consacre son capital, ses compétences et son influence à la création de marchés et de débouchés dans les pays en développement.

Au cours de l’exercice 2023, la SFI a engagé un montant record de 43,7 milliards de dollars au profit de sociétés privées et d’institutions financières dans des pays en développement, mobilisant ainsi les capacités du secteur privé pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée dans des économies aux prises avec les conséquences de crises mondiales multiples.

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Serge Pacome ZONGO

Tambi Serge Pacome ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page