Burkina : Les députés décident de remettre les tablettes à polémique

6642 6

Les députés burkinabè ont décidé de restituer les tablettes remises par le Gouvernement. Selon, en effet, des sources proches de l’Assemblée nationale, les députés, à l’unanimité et sur proposition du Président Salifou Diallo ont convenu de restituer les 130 tablettes au ministère de l’économie numérique.

C’est sur proposition de Salifou Diallo, ce 5 décembre 2016, que les élus ont décidé de remettre les tablettes au Gouvernement. Ordre a été donné à ceux qui avaient commencé à utiliser ces tablettes, d’effacer leurs données et de les remettre. L’information a été confirmée par un communiqué du service de communication du Parlement.

La raison de cette décision, selon des députés joints par Burkina 24, est justifiée par la polémique suscitée par cette affaire et la réprobation de nombreux Burkinabè. « On a commencé un bon travail à l’Assemblée nationale qui était bien apprécié par les Burkinabè. On ne va pas laisser les tablettes venir ternir l’image des députés », a indiqué un député membre de la majorité présidentielle.

Pour rappel, le ministère de l’économie numérique a remis 130 tablettes, don de la société Huawei, aux députés burkinabè. De nombreuses voix se sont élevées pour désapprouver ce don. L’Autorité supérieure de contrôle d’Etat a ouvert un dossier et a demandé des explications au Gouvernement.

Burkina24


Communiqué

L’Assemblée nationale décide de restituer les tablettes au Gouvernement

Le Ministère du développement de l’économie numérique et des postes a offert des tablettes à l’Assemblée nationale, le jeudi 10 novembre 2016, en présence des représentants des cinq groupes parlementaires que compte l’institution et des journalistes invités à cet effet. L’Assemblée nationale a accueilli ces outils de travail (130 tablettes) avec esprit de suite et de responsabilité.

Mais face à l’incompréhension d’une partie de la population et surtout de l’exploitation malsaine qui en est faite, l’Assemblée nationale, réunie en séance plénière le lundi 5 décembre 2016 sur proposition de son Président, a décidé de restituer les tablettes au Gouvernement.

En tant que Représentation nationale, l’Assemblée se doit être toujours à l’écoute des populations même des opinions minoritaires. Tout en saluant l’intérêt manifeste des citoyens et citoyennes pour la vie de l’institution, l’Assemblée nationale regrette néanmoins cette polémique excessive autour des tablettes. Il est nécessaire de préciser qu’aucune disposition législative ou réglementaire n’interdit à l’Assemblée de recevoir un appui institutionnel de quelque nature que ce soit du Gouvernement.

Au demeurant l’Assemblée nationale, sous la 7ème législature, est profondément attachée aux valeurs de redevabilité, de transparence et d’intégrité. Tout en assumant avec rigueur et responsabilité ses missions constitutionnelles : voter les lois, consentir l’impôt et contrôler l’action gouvernementale, l’Assemblée entend moderniser son administration.

En tout état de cause, les groupes parlementaires Burkindlim, Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), Paix justice et réconciliation nationale (PJRN), Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et Union pour le Changement et le Progrès (UPC) gardent le cap d’ancrer dans le paysage institutionnel une Assemblée nationale moderne, responsable, innovante, accessible et au service des populations des villes et campagnes du Burkina Faso. Dans ce sens, les autorités parlementaires attachent du prix à l’esprit d’ouverture et restent à la disposition du public pour plus amples informations fiables sur le fonctionnement de l’institution.

Oumarou MOGMENGA
Directeur général des médias
de l’Assemblée nationale

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre