Tahirou Barry et l’émission « Sur la Brèche » : Immixtion ?

3388 0

Suite à la polémique née du rendez-vous manqué de l’émission télévisuelle « Sur la Brèche » du dimanche 5 novembre 2017, avec pour invité le ministre démissionnaire, Tahirou Barry, la Rédaction de la télévision nationale, RTB, a réagi le 7 novembre.

L’ancien ministre de la culture, Tahirou Barry, qui a démissionné du gouvernement le 26 octobre 2017, était annoncé comme invité de l’émission « Sur la Brèche » le 5 novembre 2017 à la RTB Télé. Il n’est finalement pas apparu à l’écran. Des précisions ont été apportées par la Rédaction de la RTB. 

« Au moment où l’animateur, Jérémi Sié Koulibaly, réglait les derniers détails de l’émission sous la coordination du Rédacteur en chef, Jean Emmanuel Ouédraogo, il a été interpellé par le Directeur de la télévision, Yacouba Bonkoungou, pour lui signifier l’impossibilité de recevoir son invité. A l’issue d’une rencontre tenue aujourd’hui (Ndlr : 7 novembre 2017) entre les journalistes de la rédaction et la hiérarchie, Yacouba Bonkoungou a avoué avoir reçu des injonctions du ministre de la communication, Remis Fulgance Dandjinou, de ne pas recevoir Tahirou Barry », peut-on lire dans la note signée de la Rédaction de la RTB Télé.

Lire aussi : Tahirou Barry et l’émission « Sur la Brèche » : « On ne peut pas cacher le soleil avec la main »

La prise de fonction du nouveau ministre de la culture, Issouf Sawadogo, prévue pour le lendemain de l’émission, l’interview que le Président du Faso devait accorder à TV5 et la situation nationale sont évoquées comme raisons principales. Toujours selon le communiqué, tout cela s’est déroulé à l’insu de la Directrice générale de la RTB, Marie Danielle Bougaïré.

« Par conséquent, la rédaction condamne avec la dernière énergie cette immixtion inacceptable qui porte atteinte à la liberté d’informer, au principe du service public qui garantit aux citoyens l’accès équitable aux médias publics et expose les journalistes à la vindicte populaire, en dépit des saccages que les locaux de la RTB ont subis en octobre 2014 », s’insurge la Rédaction de la RTB.

Les journalistes de la télévision souhaitent par ailleurs prendre l’opinion publique à témoin et invitent les autorités politiques « au respect strict » de la liberté de presse et du principe de service public comme inscrit dans les statuts de la RTB.

Rassemblés par Noufou KINDO

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre