La fenêtre du coach ǀ Vivre par la foi !

519 0

La foi n’est pas qu’une croyance en un dieu ou une religion spécifique. La foi, c‘est la vie.

Très généralement, il y a une confusion entre les mots foi et croyance. On pourrait même dire que l’un est l’opposé de l’autre.

Car la foi n’est pas une idée acceptée de fait. Elle découle de l‘expérience. Là où les croyances admettent les choses comme acquises d’office et allant de soi, la foi questionne, interroge, analyse et décide pour elle-même.

Le questionnement est le début de toute démarche qui mène à la foi. Et c‘est ce qui aboutit à l‘expérimentation. Questionner, ce n ‘ est pas manqué de foi, mais au contraire c’est  entrer dans le processus qui mène à la foi véritable. La foi naît du doute, celui-là qui pousse à chercher et à trouver les réponses.

Les personnes qui vivent par la foi refusent de se faire une caricature d‘un dieu historique, figé, éloigné, statufié. Elles sont dans une perpétuelle remise en cause qui les pousse à croître dans leur compréhension.

Pendant que la croyance se réfugie dans l‘avenir,  dans l‘espoir d’un lendemain meilleur ou d‘un paradis futur, la foi vit l‘instant présent. Elle cherche et trouve ce qu’est  le bonheur, ce qu’est la vie. Le roi Salomon a été dans cette démarche tout au long de sa vie.

Pour vivre l‘instant présent, il faut sortir des règles, des dogmes et des pratiques établies par les croyances. Peu importe que ces croyances  soient scientifiques, morales ou religieuses. C’est ce qui rend difficile toute démarche de foi: le refus de se conformer à l’opinion générale.

Celui qui vit par la foi est dans une quête permanente de vérité. Mais au juste, qu’est-ce que la vérité?

Connaître la vérité

Sans entrer dans un débat philosophique, je définis la vérité comme étant une découverte personnelle née d’une observation de faits et d‘une  analyse  rigoureuse des choses de la vie. Définit comme tel, la vérité naît uniquement d‘une expérience personnelle qui produit une certaine conviction. La vérité n’est pas biblique, scientifique ou universelle. La bible est sujette à des interprétations erronées ; la science se trompe; toute l’humanité peut être induite dans l’erreur. Mais la vérité est avant tout personnelle.

Connaître la vérité sur Dieu, c‘est faire l’expérience personnelle d’une relation individuelle avec lui. Mais cette expérience personnelle n’a pas besoin d‘un cadre prédéfini ou d’un moment spécifique pour être vécue. Pour celui qui est attentif, elle se fait jour après jour, à chaque instant   de la vie. Cette expérience est aussi différente du miracle. Le miracle est une manifestation spectaculaire du point de vue de l’humain. Mais s‘il n’est pas suivi d’une observation, et de questionnement, il demeure dans le domaine de la croyance. Au lieu de nous aider à grandir, ce miracle-là nous enferme dans les dogmes et la superficialité. C’est pourquoi, plus nous demandons les miracles, plus nous nous éloignons de la foi.

 

Foi, solitude et questionnement

Vivre par la foi, c ‘ est exprimer une certaine particularité, c’est entrer dans la solitude. Car, la croyance est commune, générale, voire universelle. Nous croyons tous que l’intelligence c’est le fait d’emmagasiner beaucoup d’informations, que être riche c’est accumuler des choses matérielles, que la démocratie est le meilleur système de gouvernance, que la religion est l’unique moyen qui conduirait au paradis.  Mais la foi ne voit pas les choses comme tel; elle se démarque, se particularise, se singularise, s’isole.

La société n’aime pas les personnes qui sont seules dans leur monde, qui sortent du lot. Elle se méfie d’elles. Très souvent, elle les qualifie d’individu asocial, renfermé, bizarre. Aussi, passons-nous toute notre vie à fuir les moments de solitude.

Etre seul, c’est être un observateur. C’est observer le monde dans son activisme, dans ses luttes, dans ses ambitions, dans sa course effrénée pour le gain, dans sa recherche du paradis. Observer c’est aussi faire un constat, sans jugement, sans condamnation. De ce constat neutre, jaillit la vérité sur soi, sur le monde.

D’ailleurs, toutes les grandes découvertes découlent de l’observation. ‘Pourquoi la pomme tombe-t-elle sur le sol au lieu de s’envoler au ciel?’ De cette observation banale faite par Isaac Newton, naît la théorie révolutionnaire de la gravité universelle.

L’observation est utile en ce sens qu’elle suscite des questionnements qui conduisent vers la découverte. Le Maître Jésus a été dans cette observation constante. Il observait le peuple dans son obstination à porter le lourd fardeau de lois obsolètes que les leaders religieux leur imposaient. Il l’observait dans sa soif de miracles tout en sachant que ce peuple ne connaît pas le créateur. Il voyait les pharisiens se vanter d’être plus justes que les autres parce que jeûnant deux fois par semaine et payant la dîme.

Cette attitude d’observation est importante pour connaître les autres et comprendre le monde. Elle permet aussi de se découvrir soi-même. Mais il n’y a pas d’observation possible tant que nous sommes emprisonnés dans les activités du monde, agités et enfermés dans nos croyances.

Entrer dans la solitude ne consiste pas à s’enfermer. Bien au contraire, c‘est s‘ouvrir à la vie. La solitude est donc une attitude d’observation, de questionnement, de doute positif. Elle permet d’expérimenter les choses et de trouver la vérité. ‘Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, si je ne mets mon doigts dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai pas’. Ainsi en est-il parfois d’une démarche de foi.

On reproche bien à Thomas de n‘avoir pas cru tout de suite à ce que les autres lui avaient raconté. Mais de son expérience, Thomas sort affermi, mature, et plus au contact de la vérité. Les autres ont vu le Christ ressuscité ; lui l’a vécu, l’a senti, l’a touché du doigt.

Romuald Kaboré

Chroniqueur pour Burkina 24

Email : [email protected]

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre