Côte d’Ivoire: Tension confirmée entre Abidjan et l’ambassade de l’Union européenne

1194 0

La représentation diplomatique de l’Union Européenne et les autorités ivoiriennes vivent une cohabitation très tendue. Un rapport  confidentiel de l’Union européenne daté du 18 avril 2018, s’était curieusement retrouvé trois (3) mois plus tard soit fin juillet sur les réseaux sociaux faisant les choux gras de la presse anti-Ouattara et des détracteurs de son régime.   

La divulgation d’un rapport interne accablant la gouvernance politique, économique et sociale d’Abidjan a définitivement précipité le départ de l’ex-ambassadeur de l’UE à Abidjan, Jean-François Valette qui dans un courrier à Jeune Afrique a confirmé ses critiques.

Ce document de huit pages répertorie des signaux « qui incitent à la vigilance » : une réduction de la croissance, la multiplication par deux de la dette publique, l’augmentation du déficit public. « L’hermétisme » des autorités ivoiriennes face aux critiques et d’un pouvoir qui semble « trop faible politiquement pour accepter le jeu démocratique » et qui a recours à des « dérives», a été vivement critiqué par les diplomates de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire.

Bien avant le départ du diplomate européen, il avait été convoqué par Fidèle Sarassoro, le directeur de cabinet d’Alassane Ouattara pour s’expliquer sur la fuite de ce rapport très critique ternissant l’image de la Côte d’Ivoire. Le collaborateur du Président ivoirien, à la suite de leur entretien a notamment confié que Jean-François Valette avait « dit assumer ce rapport, tout en s’excusant pour la fuite». « Faux ! », rétorque le diplomate européen qui selon lui ce compte-rendu de Fidèle Sarrasoro ne serait pas aussi fidèle que le prénom qu’il porte.  « Je n’avais pas à m’en excuser et je ne l’ai donc pas fait », rectifie-t-il ajoutant que ce document est  « l’exact reflet de l’analyse collective des huit ambassadeurs européens présents en Côte d’Ivoire », notamment la France.

Ces sorties de l’ex-ambassadeur européen à Abidjan, Jean-François Valette, ont fini par convaincre les autorités ivoiriennes sur sa « volonté manifeste de nuire, d’entacher la crédibilité de la Côte d’Ivoire», décrivait le ministère des Affaires étrangères, Amon Tanoh.

Ces accrochages et pics réciproques sont consécutifs à l’arrivée à la tête de la représentation diplomatique de l’Union Européenne de l’Allemand Jobst von Kirchmann en remplacement de  Jean-François Valette depuis le 31 août dernier.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU/Burkina24                                                                                                               Source: Jeune Afrique

 

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre