Burkina : Catholic Relief Service fait le bilan de « Kom Yilma » 2

Après trois ans de mise en œuvre, la phase 2 du projet « Kom Yilma », tire à sa fin. Pour l’occasion, Catholic Relief Service (CRS), porteur du projet, a organisé un atelier bilan ce jeudi 20 février 2020 à Ouagadougou. L’objectif est de partager les acquis et les leçons assimilées au cours des trois ans.

La suite après cette publicité

« Kom Yilma » (enfants propres) est un projet de Catholic Relief Service (CRS) qui ambitionne entraîner un changement de comportement  dans le domaine de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement au niveau des différents échelons de la chaîne éducative. Après une première phase qui a couvert la période de mars 2014 à août 2017,  CRS a reconduit le projet pour une phase 2.

Pour cette deuxième étape, c’est environ 48 000 élèves, 1 123 enseignants et encadreurs qui ont été pris en compte. Deux provinces étaient prises en charge. Ce sont les provinces du Bam et du Sanmatenga. En termes de résultats, « Kom Yilma » 2 a eu son lot également. Et comme acquis, on peut citer, entre autres, la réalisation de forages, la construction de latrines scolaires avec salle de rechange pour blocs filles et la promotion de la gestion des menstrues à l’école.

Des acquis engrangés

« « Kom Yilma » 1 et 2 ont permis d’améliorer significativement l’accès aux services d’eau et d’assainissement et de bonnes pratiques d’hygiène dans les écoles. Cette amélioration des pratiques contribue à l’amélioration de l’état de santé des élèves et donc à un bon apprentissage », a relevé la représentante résidente  de CRS au Burkina, Carla Brown Ndiaye. Ce sont 57 points d’eau potable, 134 blocs de latrines et 237 dispositifs de lavage de mains en groupe réalisés.

La photo de famille des participants avec l;es autorités et la représentante résidente de CRS au Burkina

Côté burkinabè, la satisfaction est au rendez-vous. Les infrastructures réalisées par « Kom Yilma » 2 sont d’une grande aide au système éducatif, selon les propos du directeur de cabinet du ministre de l’éducation nationale, Adama Bologo. « A travers « Kom Yilma », CRS est venu apporter une grande contribution à l’éducation en mettant à disposition des infrastructures d’eau et d’assainissement et en faisant la promotion des bonnes pratiques d’hygiène », a-t-il soulevé.

A titre d’information, le projet « Kom Yilma » 2 a coûté environ 2,5 milliards de francs CFA. Il a concerné 185 villages. Des certifications ont été données aux écoles qui ont assimilé les bonnes pratiques en matière d’hygiène. Les communautés qui ont atteint le niveau zéro de la défécation à l’air libre ont été aussi certifiées.

Rappelons que le projet s’est déroulé de mars 2017 à mars 2020. Les autorités burkinabè ont cependant émis le souhait de voir une phase 3 de « Kom Yilma ».

Basile SAMA

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page