Burkina Faso : Des exercices de simulation grandeur nature d’une épidémie de fièvre hémorragique virale

Le ministère de la santé organise des exercices de simulation grandeur nature d’une épidémie de fièvre hémorragique virale à Ouagadougou. Le lancement de ces exercices a eu lieu ce mercredi 29 septembre 2021 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Le Burkina Faso est l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest qui présente un risque élevé de survenue d’urgences de santé publique. La récurrence des maladies à potentiel épidémique affecte considérablement son système de santé. A cela s’ajoute, la crise sécuritaire qui sévit depuis quelques années dans le pays avec pour corollaire de nombreuses pertes en vies humaines et handicaps et un important impact socio-économique.

Afin de réduire la mortalité, la morbidité et les autres conséquences associées aux urgences de santé publique, il a paru impératif pour les autorités du ministère de la santé d’organiser cette simulation grandeur nature, question de tester le dispositif de gestion d’une épidémie à fièvre hémorragique.

Le lancement desdits exercices a eu lieu ce mercredi 29 septembre 2021, au Centre des Opérations de Réponses aux Urgences Sanitaires (CORUS) de Ouagadougou.

« Il faut savoir que c’est assez pertinent dans les circonstances actuelles où nous avons dans la sous-région beaucoup de menaces de maladies à potentiel épidémique, en particulier les fièvres hémorragiques virales mais également la pandémie liée au COVID-19. Il faut que nous pussions mettre de façon régulière nos différentes institutions à l’épreuve et qu’on sache s’ils ont vraiment les capacités pour faire face à des situations réelles qui pourraient survenir.

Donc c’est un exercice grandeur nature de simulation de gestion d’un cas d’alerte de fièvre hémorragique virale pour voir depuis les structures périphériques en passant par les structures de référence mais également les institutions qui doivent organiser la riposte dans ces genres de situation… », a expliqué Dr Wilfred Ouédraogo, Secrétaire Général du ministère de la santé.

Cinq sites vont abriter ces exercices de simulation

Selon Simon Sanou, membre du Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires, des scénarios ont été élaborés dans l’optique de voir comment le système va réagir depuis les premières formations sanitaires jusqu’aux formations sanitaires qui s’occupent de la prise en charge spécialisée de ces cas.

« Au niveau des CSPS, nous allons voir comment lorsque des cas suspects, c’est à dire des gens qui présentent un peu des signes qui peuvent faire penser à la maladie vont y arriver, comment le personnel de la santé va réagir, est ce qu’ils vont pouvoir rapidement avoir le réflexe de signaler au système qu’il y a une possibilité qu’on ait à faire à une situation pareille.

Ensuite on verra comment le niveau supérieur va réagir lorsqu’on va leur faire comprendre qu’il y a apparemment un cas suspect. Nous allons aussi voir comment et dans quel délai les gens vont s’y prendre pour pouvoir faire tous les tests nécessaires et notamment voir comment sera la réactivité de notre laboratoire si on pourrait avoir les résultats pour pouvoir prendre en charge rapidement les différents cas » a éclairci Simon Sanou.

A noter que ces exercices de simulation se tiendront dans un centre unique précisément à Ouagadougou. Cinq sites vont abriter ces exercices de simulation à savoir le CSPS du secteur 5, le CMA de Pissy, le Centre de Traitement Ebola, le CHU Tengandogo, le  CHU Bogodogo, le laboratoire au camp de l’unité.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page