Facebook veut retirer la politique, la santé et la région du ciblage publicitaire

Facebook  récemment rebaptisé Meta, traverse une crise de réputation majeure liée aux révélations d’une lanceuse d’alerte, qui l’accuse de faire passer ses profits avant ses usagers.

La suite après cette publicité

Sur ces accusations, Graham Mudd, le vice-président chargé de la publicité du média social, indique que les utilisateurs de Facebook et Instagram ne pourront bientôt plus être ciblés par des publicités en fonction de leur intérêt pour certains sujets sensibles. Il s’agit des sujets comme l’orientation sexuelle et l’affiliation politique, un changement majeur de la part du géant de la publicité en ligne.

Par ailleurs, il affirme que les annonceurs raffolent de la possibilité de cibler des consommateurs très finement et à très grande échelle. « Ils peuvent choisir parmi des milliers de catégories d’intérêts, dans lesquelles sont placés les utilisateurs en fonction des pages qu’ils ont consultées ou des pubs sur lesquelles ils ont cliquées », a-t-il dit.

Cependant, il assure qu’à partir du 19 janvier 2022, des milliers de catégories seront supprimées, dont celles relevant de l’orientation sexuelle (« mariage homosexuel », « culture LGBT »), de problème de santé (« chimiothérapie », « journée mondiale du diabète »), de pratique religieuse (« église catholique », « fête juive »), d’affiliations politiques, d’ethnicité, etc.

Graham Mudd révèle que l’idée est d’empêcher des organisations de faire un mauvais usage de ces catégories, comme encourager des personnes à faire des choses répréhensibles ou dangereuses parce que des gens sont homosexuels, musulmans ou atteints d’un cancer, par exemple.

Il précise que la décision, « difficile à prendre », est fondée sur des retours d’experts des droits civiques et des législateurs. « Nous savons que cela peut affecter certaines entreprises et organisations », a-t-il reconnu.

Aussi, il a fait comprendre qu’elles pourront avoir recours à d’autres outils, comme le ciblage de personnes ayant interagi directement avec leur marque ou la géolocalisation.

Graham Mudd rassure que la plateforme a déjà pris des mesures  pour donner plus de contrôle aux utilisateurs eux-mêmes, sur le type de publicité qu’ils veulent voir, ou moins voir, et compte ajouter des catégories en début d’année prochaine, comme les jeux d’argent ou les régime alimentaire.

Aminata Catherine SANOU (Stagiaire)

Burkina 24 

(Source : LaPresse.ca)

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page