Burkina Faso : « Les policiers à l’épreuve des risques psychosociaux dans le contexte du terrorisme »

publicite

En marge de la commémoration de son 20e anniversaire, la promotion 2001-2003 de la Police Nationale baptisée « Promotion des matricules 90 » a organisé ce samedi 5 août 2023 une conférence publique avec pour thème « Les policiers à l’épreuve des risques psychosociaux dans le contexte du terrorisme ». 

La suite après cette publicité

« Les policiers à l’épreuve des risques psychosociaux dans le contexte du terrorisme », telle était la thématique qui a animé les débats lors de la conférence publique organisée par la promotion 2001-2003 de la police nationale dénommée « Promotion des matricules 90 ». A travers donc ce thème, la promotion des matricules 90 entend divulguer les risques auxquels les policiers font face au cours des missions.

« Les risques psychosociaux sont des situations liées au travail, qui ont des conséquences délétères sur la santé mentale ou physique de l’individu, il recouvre donc des risques d’origines et natures variées qui peuvent mettre en jeu l’activité physique et la santé mentale des personnes qui ont par conséquence un impact sur le fonctionnement des services », a défini le commissaire de police Henry Joël Soubeiga, conférencier du jour.

A entendre le Commissaire, les policiers sont exposés à deux types de risques principalement. « Il y a ceux qui sont associés à l’organisation du travail, et il y a ceux qui sont inhérents à la nature du travail ». Pour lui, la situation sécuritaire du Burkina est venue changer les habitudes dans beaucoup d’administrations, si on sait que beaucoup d’éléments ont été vidés des services pour être déployés dans la lutte contre le terrorisme.

Lire aussi 👉👉 Police Nationale : La « Promotion des matricules 90 » fait parler son cœur en faveur des familles de leurs collègues tombés sur le champ d’honneur

Il avance par ailleurs quelques raisons qui sont à l’origine des risques psychosociaux. « On va prendre l’exemple des évènements impliquant plusieurs blessés ou morts, notamment le cas des incendies et des accidents de la circulation. Lorsque vous êtes dans des situations où ce sont des collègues qui sont concernés… 

Il y a des évènements ayant un impact émotionnel en raison de sa durée, de son ampleur, son intensité émotive, par exemple vous êtes attaqués pendant des heures même si à la fin vous vous en sortez, le fait d’avoir subi le bruit des armes pendant des heures, ça peut avoir un effet sur la santé mentale des personnes », a-t-il énuméré.

Pour ce qui est des statistiques liées aux attaques terroristes, le commissaire Henry Joël Soubeiga renseigne « qu’aujourd’hui,  nous avons pas moins de 100 policiers qui sont tombés dans le cadre des attaques terroristes. Les blessés, c’est plus de cent, les veuves, on en a pas moins de 70, les orphelins, ce n’est pas moins de 80 et les portés disparus, ce n’est pas moins de 10 ». Des statistiques qui laissent Henry Joël Soubeiga dire que la police est affectée par le terrorisme, mais elle reste debout !

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24 

❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page