Sénégal : L’Assemblée vote le report de la présidentielle après l’expulsion des députés de l’opposition

publicite

Au Sénégal, l’Assemblée nationale a adopté le lundi 5 février à la quasi-unanimité des députés présents la proposition de loi portant sur le report de la présidentielle au 15 décembre 2024. Ce vote est intervenu après l’évacuation forcée de l’hémicycle des députés de l’opposition par la gendarmerie. Macky Sall restera au pouvoir jusqu’à l’entrée en fonction d’un nouveau président. 

La suite après cette publicité

Les députés sénégalais ont examiné le lundi 5 février 2024 la proposition de loi relative au report de la présidentielle du 25 février au 25 décembre 2024. Elle a finalement été votée et adoptée à 105 voix pour et 1 contre, mais sans les députés de la principale coalition d’opposition, évacués du parlement alors qu’ils dénonçaient une injustice et exigeaient un débat sur le fond.

Le Parlement et ses encablures avaient été quadrillés par les forces de l’ordre. Pendant ce temps, dans la rue, la tension a monté d’un cran et le pire est à craindre. Ce projet de loi vient alors d’acter, par ricochet, la durée du mandat de Macky Sall pour dix mois supplémentaires alors qu’il a promis de ne pas se représenter.

Cette nouvelle disposition viole la Constitution et notamment les articles 27 et 103 qui interdisent une quelconque modification du mandat du président, comme le rappellent les députés de l’opposition qui dénoncent avec ce texte un coup d’État institutionnel. Pour le député de l’ex-Pastef Ayib Daffé, cette situation est tout simplement scandaleux : « Ils ont réussi à faire passer l’amendement qui proroge le mandat du président de la république illégalement, anticonstitutionnellement jusqu’au 15 décembre, ce qui est complètement scandaleux, nous n’allons pas l’accepter. »

Pendant ce temps, dans le pays, l’internet mobile est coupé depuis le lundi 05 Février. Selon le ministère sénégalais de la Communication, cette mesure viserait à contenir les appels à la haine qui circulent sur les réseaux et les risques de troubles à l’ordre public.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU 

Burkina 24 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page