BURKINA FASO : LANCEMENT OFFICIEL DES ATELIERS SANKARISTES CE VENDREDI A KOUDOUGOU

publicite

Le vendredi 23 février 2024, a eu lieu à la résidence Cendrillon à Koudougou, le lancement officiel des Ateliers Sankaristes. Lesquels font référence à des sessions de formation, de discussion ou d’éducation basées sur les idéaux et la philosophie de Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso.

La suite après cette publicité

C’est à l’occasion d’une conférence de presse conduite par le Commissaire Général, Hassane BATIONO, que les Ateliers Sankaristes ont été lancés dans la « cité du cavalier rouge », capitale de la région du Centre-ouest. Les professionnels des médias locaux, nationaux et internationaux ont été entretenus sur les objectifs et le chronogramme des activités inscrites à l’ordre de ces Ateliers qui se dérouleront dans trois villes. Il s’agit de Koudougou, Ouagadougou et Bobo Dioulasso.

Pour M. BATIONO, « les Ateliers Sankaristes consistent à propager l’idéologie de Thomas Sankara. Vous savez qu’après plus de 30 ans, Thomas Sankara continue de faire rêver la jeunesse africaine. Cette jeunesse qui a soif de souveraineté et qui n’arrive pas du tout à comprendre pourquoi les ressources naturelles ne profitent pas aux populations africaines ».

 

De son côté, le président de l’association Les Jeunes patriotes, point focal des Ateliers Sankaristes à Koudougou, Issoufou BANDAOGO, a réaffirmé l’engagement de la jeunesse de Koudougou à soutenir et à s’approprier l’idéologie du père de la révolution burkinabé. L’esprit des Ateliers Sankaristes est d’outiller et de mettre en place un cadre de discussion sur les sujets d’actualité. « On ne voudrait plus jamais qu’un pays occidental vienne en Afrique exploiter les ressources naturelles pour aller entretenir le quotidien social de ces citoyens et laisser l’Afrique, particulièrement le Burkina, dans la misère », a indiqué le Commissaire BATIONO.

Aussi, en ce qui concerne la promotion de l’héritage de Thomas Sankara. Il a souligné que depuis un moment donné, les Sankaristes ont du mal à coordonner leurs actions. Ils n’ont pas un projet commun et se laissent diviser par les politiciens. Donc, « l’héritage de Thomas Sankara, c’est vraiment faire en sorte que tout ce qu’il a prôné, soit convoqué et contextualisé dans le présent en vue de préparer un avenir radieux pour les nouvelles générations ».

Rappelons que les Ateliers Sankaristes se plancheront ce samedi 24 février à Koudougou sur « La promotion et protection de la souveraineté des ressources naturelles du Burkina Faso ». A l’issue des trois rencontres, un document bilan prenant en compte les suggestions de cette jeunesse rencontrée à Koudougou, à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso sera mis à la disposition des autorités dans l’optique d’orienter le processus de développement du Burkina Faso, surtout la question de la souveraineté, du numérique et de l’emploi des jeunes.

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page