Concert des Grandes Gueules, « Affûtez vos oreilles ! », prévient Smockey.

1510 0

Le 2 juillet prochain à la maison du peuple de Ouagadougou, il sera avec ses collègues qui l’ouvrent grandement pour dire tout haut ce que  nous pensons et taisons.

Smockey
Smockey

 

 Cela fait dix ans qu’il l’ouvre, Smockey. Et que dire de Didier Awadi, Billy Billy et Faso Kombat ? Tous des virtuoses de la parole et de la musique. Ciné Droit Libre vous les offre en live dans un concept inédit : le concert des Grandes Gueules. A quelques jours de ce grand rendez-vous exceptionnel, nous avons promené notre micro dans les profondeurs du studio Abazon et nous y avons recueilli ce qui suit. Attention, affûtez vos oreilles, il va l’ouvrir. Grandement.  

B24 : Le festival Ciné Droit Libre vous réserve cette année une place de choix dans son programme, comment avez- vous accueilli cette nouvelle ?

Smockey : C’est plutôt une bonne nouvelle ! Ça veut dire au boulot c’est tout ! Cette année c’est quand même assez original dans le sens où c’est une plateforme revendicative avec des aspects et des personnalités culturelles différentes. Le public aura le choix, et je pense que c’est ce qui est intéressant. Au-delà de l’aspect ludique d’un festival, il y a qu’on peut parfois communier avec le public à travers des messages forts, une conscience citoyenne, c’est l’occasion de vérifier tout ça en osmose avec le public.

Dans le programme de célébration de votre décennie de carrière musicale par Ciné Droit Libre, il y a une rencontre avec les étudiants. Quel message allez- vous adresser à ce public qui est pour vous un public de choix ?

C’est un échange, un débat et non pas une conférence. Il y aura une projection et après j’interviendrai pour établir le courant entre les étudiants et moi, et après faire en sorte de se poser les bonnes questions en vue d’obtenir les bonnes réponses. L’homme étant perpétuellement à la recherche de questions, j’espère que nous arriverons à des réponses satisfaisantes pour les uns et les autres, l’essentiel étant de créer une réflexion, un débat toujours dans le but de servir l’un et l’autre. Moi ça me sert d’avoir l’opinion de la jeunesse, de mes petits frères et éventuellement de mes promotionnaires en vue d’en tirer des conseils pour ma démarche artistique parce qu’on est en perpétuelle création en studio et il est toujours important de savoir quels sont les problèmes des uns et des autres pour pouvoir mettre le doigt dessus.

Le message étant primordial dans la musique que j’ai choisie, il est important de savoir de quoi on parle, quels sont les possibles chemins de solutions pour changer les choses. C’est une quête perpétuelle de bien- être parce qu’on connaît les conditions que vivent les étudiants dans les cités et en dehors des cités ; on connaît aussi les conditions de certains artistes qui utilisent le micro pour dénoncer certaines injustices. C’est pourquoi il est important que ce courant s’établisse pour que les uns et les autres puissent s’épauler dans le but d’obtenir des résultats intéressants pour tout le monde.

L’un des objectifs du concept « concert des grandes gueules » c’est de vous offrir un plateau d’expression parce que vous êtes marginalisés par les organisateurs de spectacles, quelle est la vie d’un artiste sans ces spectacles ordinaires?

Nous avons la même vie que les autres artistes en ce sens qu’on crée nous- mêmes les conditions de nos rencontres. On n’est pas obligé d’attendre que les choses se fassent pour intervenir. Je crois qu’il est de bon ton de s’organiser et de créer les conditions de sa survie. Il y a des artistes qui justement n’ont pas à trop forcer pour s’exprimer sur les planches, à contrario il y a certains artistes qui, ayant perdu l’habitude d’être invités sur des podiums dits officiels, créent des conditions intéressantes pour eux afin d’exploiter leur musique et se donner sur scène. Je crois qu’il est mieux ainsi et c’est comme ça que l’on apprend. Les artistes qui font de la variété musicale ou qui ne font pas de la musique à message ont aussi d’autres problèmes que nous n’avons pas, parce que par rapport à certains podiums il leur est aussi difficile d’y avoir accès. Chacun a des avantages et des désavantages et je crois que c’est tout ça qui fait de la richesse, tout le monde ne peut pas chanter sur les mêmes thématiques. Il est intéressant que certains chantent sur l’amour, d’autres sur la météo, la politique et la religion ; comme cela l’auditeur trouve son compte.

Comment vous préparez le concert Grandes Gueules qui aura lieu le 2 juillet prochain à la Maison du Peuple ?

On le prépare tranquillement, on met les petits plats dans les grands. C’est un concert live, on est dans les répétitions, les artistes étrangers arrivent bientôt, on va essayer de s’entendre pour faire des choses ensemble. Il y aura peut- être des surprises ce jour là. L’occasion faisant le larron, il faut profiter de certains événements pour toujours proposer quelque chose de différent. Le concert s’annonce déjà bien parce la plupart du temps on demande aux organisateurs de spectacles quel est la particularité de leurs spectacles ? Là on ne se pose pas cette question parce que la particularité est déjà bien affichée. Le concept est différent, le plateau est présenté de façon conceptuelle. Quand on va à ce concert, on sait déjà à quoi on va devoir faire face, quel genre de musique on va entendre, et en ce moment, il est conseillé d’affûter ses oreilles et éventuellement ses stylos, il faut en tout cas être bien paré. Certains doivent peut- être venir avec des boucliers notamment les balances parce qu’on ne va pas les rater non plus ! (Rires).

Interview réalisée par

K. Gabriel Kambou, B24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre