Moubarak et fils plaident non coupables.

publicite

Le procès de l’ancien chef d’Etat égyptien Hosni Moubarak et de ses deux fils s’est ouvert ce mercredi matin en Egypte même. Arrivé sur une civière à l’école de police du Caire aménagée en tribunal, Moubarack, et aussi ses deux fils Alaa et Gamal ont plaidé non coupables. Ils sont accusés d’avoir donné l’ordre de tirer sur les manifestants au début du mois de janvier lors des soulèvements populaires, et risquent tous la peine de mort. Moubarak est par ailleurs accusé de détournement de fonds publics et de corruption.

La suite après cette publicité

L’ancien raïs égyptien, malade et âgé de 83 ans, est resté alongé sur sa civière pendant sa comparution, et a vu son procès ajourné au 15 août prochain par Ahmed Refaat, président du tribunal. Ce dernier a donné l’ordre que l’accusé soit mis sous soins dans un hôpital non loin du Caire en attendant la prochaine audience.

Ce procès marque une nouvelle aire de justice car c’est la première fois qu’un dirangeant du Moyen-Orient comparaît en personne depuis le début du « réveil arabe ». Cela est aussi un procès assez controversé car l’armée, qui dirige actuellement le pays, n’avait pas voulu mettre l’ancien dirigeant aux arrêts. Mais après les revendications du peuple, et avec la crainte de la montée de la colère de celui-ci, les militaires ont dû l’arrêté et organiser ce procès.

Toute l’Egypte a pu suivre le procès en direct à la télévision ou sur écran géant, mais toute l’Egypte n’est pas contente de voir Hosni Moubarak traité de la sorte « après ce qu’il a fait pour développer l’Egypte ». Alors on assiste ça et là dans le pays à des manifestations contre le procès, que le juge prévoit rapide.

Hosni Moubarak Photo: tunispress
Hosni Moubarak Photo: tunispress

 Tampouré et Stella NANA

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page