LETTRE OUVERTE DU CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION A MADAME LA PRESIDENTE DU CONSEIL D’ETAT

Suite à deux recours sans issue aux fin de sursis et d’annulation du décret portant nomination des membres et du Président du CCRP, l’opposition dénonce le silence du Conseil d’Etat. Voici l’intégralité de la lettre ouverte à la Présidente du Conseil d’Etat à cet effet.

La suite après cette publicité
Me. Bénéwendé Sankara
Me. Bénéwendé Sankara

Madame la présidente,

Par décret numéro 2011-393/PRESS/PM /MRPRP en date du 22 juin 2011, le Président du Faso procédait à la nomination des membres et du président d’un conseil consultatif pour les réformes politiques (CCRP) en flagrante violation de la loi N°009-2009/AN du 14 avril 2009 portant statut de l’opposition qu’il a lui-même promulguée en tant que magistrat suprême du Burkina Faso.

En effet, cette loi dispose en son article quatre (4) que « pour être un parti de l’opposition, il faut :

–         faire une déclaration officielle de son appartenance à l’opposition et la transmettre au chef de file de l’opposition ; … ».

Cependant, au titre de l’opposition politique, ce décret a nommé des personnalités issues de partis politiques n’ayant transmis aucune déclaration officielle d’appartenance au chef de file de l’opposition.

C’est ainsi que par lettre N°297/2011/AN/CFOP en date du 24 juin 2011, nous attirions l’attention du Président du Faso sur cette grave méprise, l’invitant à abroger le décret précité et à procéder à sa correction.

Puis, le 1er juillet 2011, nous avons introduit auprès du Conseil d’Etat que vous présidez deux recours ; l’un afin de sursis à l’exécution du décret incriminé et l’autre pour son annulation.

Constatant le silence du Conseil d’Etat jusqu’à ce jour, silence contraire à vos déclarations devant la presse invitant les citoyens à saisir chaque fois que de besoin cette juridiction, garante du respect de la justice, de l’ordre et de l’équité qui fondent l’Etat de droit démocratique, nous avons l’honneur de vous adresser la présente pour relancer nos recours qui appellent un examen et une décision du Conseil d’Etat.

Convaincu de la diligente réaction de votre institution face à ce déni manifeste de droit, je vous prie de bien vouloir agréer Madame la Présidente, l’assurance de ma parfaite considération.

 

Maître Bénéwendé Stanislas SANKARA

Président de l’UNIR/PS

Chef de file de l’opposition politique

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page