Présidentielle au Sénégal : Le calme a régné avant un second tour très attendu.

Le calme a régné depuis la fin de la campagne électorale ce vendredi 23/03/2012 a minuit et toute la journée du samedi. Après un premier tour salué par beaucoup d’observateurs, nous avons eu droit à deux semaines de campagne où les uns et les autres ont tout mis en œuvre pour rallier tous les soutiens possibles. Le climat de cette campagne a été un peu plus apaisé qu’auparavant.

La suite après cette publicité

Dans  le camp présidentiel, la stratégie a été de rallier le maximum de soutiens religieux car il n’est un secret pour personne qu’au pays de la téranga les guides religieux ont un poids important auprès des populations. Cette quête s’est soldée par un bilan mitigé; le président sortant n’ayant pu obtenir que le soutien de chefs religieux de seconde zone. En plus de charmer les religieux, le président sortant et ses partisans ont œuvré à puiser dans les soutiens de l’opposition afin de fragiliser leurs rangs.

Pour ce qui concerne le candidat Macky Sall, il a d’abord cherché à rassembler autour de lui l’ensemble des opposants et membres du mouvement du 23 Juin. Dans un second temps, il a été question pour lui de sillonner le pays avec ses principaux soutiens et de défendre le programme qu’il ambitionne de mettre en œuvre.

Durant ces deux semaines, les électeurs ont eu droit à une campagne plus soutenue que celle ayant précédé le premier tour de l’élection. En effet pendant deux semaines, les deux candidats se sont évertués à défendre leurs programmes et cela a donné lieu à des débats  nourris entre partisans  des deux camps sur les chaines de télévision et de radio.

On retiendra tout de même que dans l’ensemble il a prévalu un climat paisible parce que moins violent que la période qui a précédé le premier tour. Certes on ne peut noter qu’il y a eu à quelques endroits des altercations entre partisans de Macky et ceux de Wade et, d’ailleurs, c’est ce qui fait craindre une escalade de la violence en cas de désaccord concernant la transparence du scrutin de ce Dimanche 25 Mars 2012.

C’est les doigts croisés que tout le peuple sénégalais ainsi que la communauté africaine attend la fin de ce scrutin, …, à haut risque.

 

Youssouf Bâ

Correspondant de B24 à Dakar.

publicite


publicite

Youssouf Bâ

Juriste, Spécialisé en Droit de l'Intégration. Journaliste, Poète.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page