Assimi Koanda : Le CDP « approfondit son enquête » sur Anatole Bonkoungou

1950 0

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) n’a pas levé sa sanction contre Anatole Bonkoungou, le maire de l’arrondissement 4 de Ouagadougou, informe Assimi Koanda, le secrétaire exécutif national du parti. Quel sort lui réservera-t-il ? « Le parti approfondit son enquête », a dit laconique le SEN à l’occasion de la 49e session ordinaire du Bureau politique national (BPN) du CDP ce 4 mai 2013.

Assimi Koanda :
Assimi Koanda, secrétaire exécutif national du CDP  : « Le parti n’est pas revenu sur sa décision » (Ph : B24)

Quels commentaires fait Assimi Koanda sur l’installation du maire de l’arrondissement 4 de Ouagadougou alors que ce dernier est suspendu de son parti le CDP ? Le SEN a commencé par convier  les journalistes à comprendre que « ce n’est pas le parti qui installe le maire », mais plutôt l’administration, qui ne fait qu’user de ses « prérogatives ». Ce qui veut dire que le CDP n’a pas encore pardonné à  Anatole Bonkoungou  d’avoir bravé ses décisions. Assimi Koanda le confirme en rappelant que la décision de suspension du maire n’est pas encore levée. « Ce que le parti a pris comme décision, il n’est pas revenu là-dessus », a-t-il déclaré en effet.

Autocritique comme Salif Diallo ?

Quel sort lui réserve le parti dans ce cas ? Assimi Koanda dira d’un air laconique que « le parti approfondit toujours son enquête ». Cependant, il précise que ces cas de non respect des consignes du parti ne sont pas spécifiques au CDP. Il évoque le cas également de communes où le CDP a la majorité des conseillers municipaux sans pour autant en prendre la direction. « Il arrive des moments où, momentanément, des militants privilégient leur propre intérêt individuel au détriment de l’intérêt collectif », analyse-t-il.

Le Bureau politique nationale du CDP a discuté du renouvellement des structures de base du CDP (Ph : B24)
Le Bureau politique national du CDP a discuté du renouvellement des structures de base du CDP (Ph : B24)

Toutefois, ajoute-t-il, « lorsque les camarades se rendent compte qu’on les a abusés, lorsqu’ils se rendent compte qu’on les a embarqués dans une voie contre les intérêts de leur parti, les camarades font leur autocritique et puis la dynamique se poursuit ».

Le terme « autocritique » a été prononcé et rappelle l’affaire Salif Diallo, ce ténor du CDP qui avait également été suspendu à cause de sa tonitruante sortie médiatique en 2009. Il avait été réhabilité après avoir fait son mea culpa. Serait-ce la même voie que l’on conseille à Anatole Bonkoungou et/ou aux conseillers qui ont voté pour lui ?

Le CDP veut renouveler ses structures de base

 En attendant, soulignons que ces commentaires de Assimi Koanda ont été faits à l’occasion de la 49e session ordinaire du Bureau politique nationale du CDP, tenue ce samedi 4 mai 2013 à Ouagadougou. Session consacrée, selon le SEN, au bilan des élections complémentaires desquelles « le CDP est sorti victorieux » et à la question des cotisations qu’il faut mieux organiser.

Le renouvellement des structures de base était également un sujet important abordé lors de cette session, a expliqué Assimi Koanda, car c’est une recommandation du dernier congrès du CDP.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *