Traité sur le commerce des armes : le Burkina a signé

Adopté le 2 avril 2013, à la date d’ouverture de sa signature, le traité sur le commerce des armes a été signé par 67 pays, dont le Burkina Faso. Selon un communiqué du ministère burkinabè des Affaires étrangères (MAE), « Le Pays des Hommes intègres » a paraphé le document le 3 juin 2013 au siège des Nations Unies aux Etats-Unis.

La suite après cette publicité
Der KOGDA, Représentant Permanent du Burkina Faso auprès des Nations Unies procédant à la signature (Ph : DR)
Der KOGDA, Représentant Permanent du Burkina Faso auprès des Nations Unies procédant à la signature (Ph : DR)

Les organismes de défense des droits de l’homme et qui militent pour la non prolifération des armes  peuvent être contents, surtout ceux qui ont leur zone d’intervention au Burkina. En effet, selon un communiqué du MAE, précisément de la Mission Permanente du Burkina Faso auprès des Nations Unies, le Burkina a signé le traité sur le commerce des armes adopté en avril dernier par les Nations Unies après moult tergiversations et un processus de négociation entamé depuis 2006.

Le Burkina parmi les premiers signataires

Le Burkina figure ainsi parmi les premiers signataires de ce traité qui permettra, selon Der KOGDA, Représentant Permanent du Burkina Faso auprès des Nations Unies, de consolider les instruments existants déjà afin de mieux lutter notamment contre la prolifération des armes légères et de petit calibre, leurs munitions et leurs matériels connexes.

Les assurances des Etats exportateurs

Des armes dites "classiques"  (Ph : lejournalcom.com)
Des armes dites « classiques » (Ph : lejournalcom.com)

Ce sont 67 pays au total qui ont procédé à la signature de ce traité, un record  « jamais atteint » dès le premier jour d’ouverture selon l’avis d’experts rapporté par le communiqué. Un record qui donne des espoirs pour l’entrée en vigueur rapide du traité, lequel, il faut le rappeler, ne liera les pays que s’ils l’ont ratifié après sa signature.

Mais les signaux émis par les différents pays, y compris les grands exportateurs d’armes, selon la Mission permanente du Burkina Faso, sont encourageants car ces derniers ont réaffirmé leur « adhésion au traité ».

250 000 morts par an

Pour rappel, le Traité sur le commerce des armes a pour objectif de réduire la circulation des armes, voire les empêcher de circuler quand elles sont susceptibles d’être utilisées pour violer les droits humains.

875 millions d’armes légères circulent dans le monde. De 1989 à 2010, elles ont causé 250 000 morts par an dans 128 conflits armés et tué 300 000 par an hors conflit. 60% des violations graves des droits humains sont directement liées à ces armes, selon les recensements d’Amnesty international.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

3 commentaires

  1. On a ?t? toujours 1er ? signer ce genre de chose juste pour dire que le Faso a sign? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!grave!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. bien comme action;mais pass? a l’acte aussi.ne sign? pour sign

  3. Absurde ! J’ai horreur des armes mais, je suis sceptique quant aux perspectives de cette signature….Que ceux qui les fabriquent signe aussi un trait? de non fabrication. ce serait plus simple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page