Lutte contre le grand banditisme : Un radié de l’armée aux arrêts

Le commissariat de police de Nongr-Massom a démantelé un réseau de présumés braqueurs, opérant de jour comme de nuit dans la ville de Ouagadougou. Composés en majorité de repris de justice et d’un ex-caporal radié de l’armée en 2011, les présumés délinquants, au nombre de onze (11), ont été présentés à la presse, ce jeudi 14 janvier 2016 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Leurs cibles étaient les commerces et les domiciles, a signifié le commissaire de police Mahama Kaboré lors de la conférence de presse.

Le mode opératoire. Pour les opérations de jour, ils faisaient irruption à deux dans les commerces, après s’être assurés de l’opérationnalisation de leur plan, puis tenaient en joue leurs victimes et les dépouillaient.

De nuit, ils maitrisaient d’abord les veilleurs à l’aide de fil de fer mou ou du scotche et passaient ensuite à l’action.

Les victimes répertoriées. Les structures qui ont déjà été victimes de leur acte sont entre autres, la pharmacie NaabaKoom, le groupe OBOUF, un magasin de montage d’engins à 2 roues à Saaba, la pharmacie Rayim Tiga, des points de vente Airtel money, le groupe ARCI/peinture, l’entreprise BLC, le GEPAL industrie à Kossodo, l’entreprise SOYAF à Paspanga et le lieu de commerce d’un particulier.

Les investigations. Les enquêtes ont été entamées par le commissariat de Nongr-Massom, après le braquage perpétré dans la pharmacie Naaba Koom, sise au quartier Samgandé de la ville de Ouagadougou, le 16 décembre 2015 aux environs de 11 h.

Elles ont permis l’arrestation de 11 membres du gang et la saisie d’armes et de matériels divers. Quatre membres du groupe sont actuellement en fuite et activement recherchés.

L’âge des 11 délinquants mis aux arrêts, varie entre 42 et 27 ans. Il s’agit de Jean Marc Bado, le chef du groupe, Tibila Zombré dit Ibrahim, employé de commerce, Alidou Nikiéma, marchand, Bado Moumouni Frédéric, l’ex-caporal radié et réputé pour son extrême violence, selon l’une des victimes présentes à la conférence, Adama Tiemtoré, jardinier, Madi Nikiema, cultivateur, idrissa Sawadogo dit Kota, marchand de charbon, Marou Compaoré, employé de commerce, Issoufou Tapsoba, employé de commerce, Ibrahim Ouédraogo, employé de commerce et Brice Gaël Bassolet, bijoutier.

Le matériel saisi est lui composé de 3 armes à feu, sep (7) engins à deux roues, un tricycle, 15 cartes SIM, 5 ordinateurs, une (1) tablette, 8 téléphones portables et une batterie de 120 volts.

Un soulagement. Quelques victimes présentes à la conférence de presse ont exprimé « leur joie et soulagement » de voir enfin leurs ravisseurs derrière les barreaux. A. B., gérante d’un point de vente Airtel Money vandalisé, confie avoir perdu plus de 590 000 FCFA et d’importants objets de valeur qui n’ont malheureusement pas été retrouvés. Cependant, elle dit se réjouir car « c’est rassurant de voir que ces délinquants sont enfin arrêtés », indique-t-elle.

Dans son mot de fin, le commissaire Mahama Kaboré a exhorté la population, en l’occurrence celles qui détiennent des armes personnelles ou qui emploient les veilleurs de nuit armés, à une plus grande prudence, car dit-il, « les délinquants s’arment auprès de leurs victimes ».

Il a également rappelé les numéros verts, mis à la disposition de tous en cas de besoin. Il s’agit du 16, du 17, et du 1010.

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page