CPI: Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé plaident non coupables

Le procès de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ex-ministre de la jeunesse et ex-leader des jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, accusés  de crimes contre l’humanité, s’est ouvert ce jeudi 28 janvier 2016  devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Les accusés ont choisi de plaider non coupable.

La suite après cette publicité

« Monsieur le président, je plaide non coupable». Laurent Gbagbo répondait ainsi au président de la Cour qui lui demandait s’il comprenait les charges qui lui étaient imputées.

Idem pour Charles Blé Goudé, à sa gauche. « Je ne reconnais pas les charges, par conséquent je plaide non coupable », a-t-il déclaré.

Les faits reprochés

Quatre chefs d’accusation sont retenus contre les deux hommes : meurtres, viols et autres actes inhumains, persécutions. Ils sont accusés d’avoir tous les deux conçu et mis en œuvre un plan meurtrier, destiné à maintenir Laurent Gbagbo coûte que coûte au pouvoir, en menant des attaques qualifiées de systématiques et généralisées contre les partisans civils d’Alassane Ouattara.

La ligne de défense

La défense, critiquant le travail de la procureure de la Cour Pénale Internationale, a dès l’entame du procès déposé de nouvelles requêtes, estimant notamment que la défense n’avait pas eu assez de temps pour se préparer, compte tenu de la taille du dossier.

« Depuis quatre ans maintenant, a dit l’un des avocats, le procureur adopte une certaine vision de la crise ivoirienne. A ce niveau, nous sortons du domaine du droit pour rentrer dans celui de la croyance, qui n’a pas sa place dans ce prétoire ». La défense accuse ainsi la procureure d’avoir sciemment écarté du dossier certains éléments de preuve à décharge pour son accusé, et ce en violation du statut de Rome qui régit la CPI.

Selon Rfi, la ligne de défense de Laurent Gbagbo et de ses avocats devrait s’attarder sur la légitimité de ce procès tout en accusant la procureure de parti pris. L’autre axe de défense sera de nier purement et simplement l’existence d’un plan destiné à maintenir les deux hommes au pouvoir.

Les avocats de la défense, enfin, tenteront de prouver que Laurent Gbagbo est le véritable vainqueur de l’élection.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: RFI

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page