Attaques terroristes au Burkina: Le gouvernement s’inquiète d’actes de stigmatisation

Le gouvernement burkinabè dit s’inquiéter de certains actes de stigmatisation que subissent certains Burkinabè depuis les attentats terroristes contre le Burkina de janvier dernier.

La suite après cette publicité

Cette inquiétude a été manifestée dans un communiqué  du ministre burkinabè en charge de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, signé de son Secrétaire général Désiré Sawadogo. Il note en effet que depuis les attaques terroristes du 15 janvier, « certains compatriotes qui ont toujours vécu en toute quiétude dans leurs terroirs, sont régulièrement victimes de stigmatisation et de dénonciations sans fondement ».

Le gouvernement, au lendemain des attentats, avait sollicité la collaboration des populations pour signaler tout cas ou comportement suspect. Cependant, le ministre Compaoré dit souhaiter que cette collaboration « ne se traduise pas par la stigmatisation d’autres franges de la population burkinabè ».

D’où il a invité, dans le communiqué, à éviter de faire de «l’amalgame» dans les actes de dénonciation afin de préserver l’unité nationale.

Synthèse de Abdou ZOURE

Burkina24

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page