« Tags Beoog Yelle » : Le « Ruudgospel » de Emile Kafando s’exprime

«Tags Beoog Yelle», un album de 12 titres qui louent le Seigneur, est le produit qu’a partagé Emile Kafando avec le public à l’occasion de la fête de l’Assomption ce lundi 15 août 2016 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Avant toute chose une prière, un appel à Dieu pour avoir permis ce moment, est observé. Malgré la rudesse de la vie, confie Emile Kafando, il reste ancré dans la foi en son Dieu et garde la conviction que sa mission sur terre est de chanter pour sa gloire.

Et ce encore plus depuis que Dieu a fait des merveilles pour lui.

« J’étais en voyage quand on m’a appelé de rentrer urgemment, raconte-t-il. Ma fille était malade.

Quand je suis arrivé, elle avait déjà perdue la vie. Je l’ai prise dans mes bras et j’ai crié à Dieu de me la renvoyer sinon je ne le prierai plus parce que je suis sortie de ma maison pour le louer et si je devrais perdre ma fille à mon absence, je ne le prierai plus. Et le miracle s’est produit ! Elle était revenue à la vie, et toute la cour qui était plongée dans, la tristesse a retrouvé la joie ».

Le titre «A Zezi Yaa Toogr Wênnaam », vient à propos pour magnifier la résurrection de son enfant.

 Pour lui, aucune réussite ne se réalise sans Dieu dont il tire son inspiration. Après 5 années de travail, il sort cet album de 12 titres « Tags Beoog Yelle » (pense à demain en mooré), tous inspirés de sa foi en Dieu.

« Artiste majeur »

Ses chansons invitent à l’humilité et à la foi en Dieu. Dieu est unique, le mariage est une institution divine, la vie spirituelle est un combat, Jésus est le bâtisseur, la paix sont en substances les messages développés.

Son parrain Alif Naaba, dira que ces chansons véhiculent des messages qui ne sont pas destinés à la seule communauté chrétienne. « C’est un bel album, apprécie Alif. C’est un artiste majeur dans la voie qu’il a choisie. Il mérite qu’on l’encourage. On verra qu’est-ce qui peut être fait pour l’accompagner, pour qu’il ait plus d’expression».

Ses mélodies prennent source dans les rythmes traditionnels et modernes. Sa foi profonde et son amour pour le « Ruudga », le violon traditionnel moaga, ont donné naissance à ce qu’il appelle le  « Ruudgospel ».

Emile Kafando est auteur de 4 autres disques qui n’ont pas eu le succès escomptés mais qui ont permis à l’artiste de faire des scènes à l’intérieur du pays, dans la sous-région et en Belgique.

 « Tags Beoog Yelle » est l’album le plus abouti de l’artiste,  selon son producteur  Auguste Ouibga et certainement celui qui le propulsera au-devant des grandes scènes.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page