Hadj 2016 : « Cette année, les pèlerins seront mieux logés », Cheick Omar Boni

Le comité de suivi du pèlerinage à la Mecque (CSPM) a convié la presse ce samedi 20 août 2016 pour échanger autour des derniers développements liés à l’organisation du Hadj 2016. A l’occasion, le président du comité, Cheick Omar Boni a indiqué que les pèlerins burkinabè seront, lors de leur séjour à Mina-Arafat, « mieux logés » que dans les années antérieures où l’hébergement a constitué un souci majeur pour beaucoup d’entre eux.

La suite après cette publicité

 « Depuis des années, nos pèlerins étaient logés dans la catégorie C. Cette année le comité a refusé, nous sommes montés en catégorie B+. Ce qui veut dire plus de confort pour que nos vieilles personnes puissent supporter la chaleur », a déclaré le président du CSPM, Cheick Omar Boni qui s’exprimait sur les conditions d’hébergement des pèlerins à Mina et à Arafat.

Pour lui, cette donne doit prévaloir, dans les années à venir, pour tout leur séjour. Très souvent, explique-t-il,  « les gens considèrent le pèlerin comme une marchandise commerciale ». Cela doit s’arrêter, dit-il, et le comité y mettra du sien pour qu’à l’avenir « les pèlerins ne soient plus logés dans des conditions épouvantables ».

Du reste, selon lui, à l’instar du comité qui a été audité pour sa gestion en 2015, l’exercice devrait aussi s’appliquer sur les agences de voyages afin de s’assurer de leur respect des cahiers de charges.

« L’audit nous a lavés »

Revenant sur les conclusions de l’audit du Hadj 2015, le président du comité, Cheick Omar Boni, a déclaré, qu’il a été « positif » car il a permis de le disculper des accusations de détournement de fonds dont il se serait rendu coupable avec son équipe, et ce, à hauteur de « 600 ou 400 millions de FCFA » suivant les propos.

« Nous avons occasionné un préjudice financier de trois millions de FCFA mais on ne nous a pas dit dans l’audit la trace d’un détournement du comité », s’est-il réjoui en évoquant les conclusions dudit audit. Aussi, a-t-il indiqué, s’il lui est reproché seulement la perte de 3 millions de FCFA « pour des dépenses non justifiées » sur une gestion de 11 milliards de FCFA, cela est réconfortant car, de telles résultats sont sans précèdent et montrent la clarté dans sa gestion, a-t-il fait savoir.

Des satisfactions pour l’organisation du Hadj 2016

Selon le vice-président du comité, Boukaré Traoré, « l’organisation du Hadj 2016 donne des signes de satisfaction dans l’ensemble avec un respect des différentes étapes du chronogramme » et ce, « malgré le retard dans le démarrage des activités, dû à l’audit qui, prévu pour un mois, a finalement duré 5 mois ».

De nombreuses activités ont été menées dans ce cadre avec l’accompagnement de l’Etat et de la fédération des Associations islamiques du Burkina (FAIB), a-t-il indiqué et d’ajouter que celles en cours sont, entre autres, « la finalisation des listes des pèlerins, la réception des passeports des pèlerins à jour de leurs paiements afin de les acheminer à l’ambassade de l’Arabie Saoudite pour les Visas, la visite médicale et la vaccination des pèlerins ».

Au passage, il a mentionné qu’une des 39 Agences de voyages « a été suspendue pour les Hadj 2016 et 2017 pour non paiement des frais d’organisation du Hadj 2015 ».

Concernant les vols « départ » pour Médine, il a annoncé qu’ils se feront « du 31 août au 5 septembre 2016 et il est prévu simultanément 8 vols à Ouagadougou et 3 à Bobo Dioulasso ».

L’une des innovations au programme de l’organisation de cette édition du Hadj, a-t-il noté également, est qu’à leur retour, les pèlerins seront conduits et regroupés aux stades du 4-Août et municipal où leurs familles pourront les accueillir.

Pour le reste, le coordonnateur de la plateforme électronique au Burkina Faso et en Arabie Saoudite, Aminou Ouédraogo,  a rassuré qu’il n’y a « pas d’inquiétude » au niveau de l’établissement des visas et dès ce lundi 22 août 2016,  les premiers seront délivrés, a-t-il fait savoir.

Mise en garde !

Les animateurs de la conférence ont précisé que « contrairement à l’année dernière où les paiements dus par les agences se sont poursuivis après le hadj, cette année, tous les paiements dus seront exécutés avant le voyage ».  Autrement dit, « si pour un pèlerin, tous les paiements n’ont pas été effectués par son agence de voyage, le visa hadj de ce dernier ne sera pas demandé par le comité de suivi », ont-ils affirmé.

 Cela dit, les membres du comité disent inviter les candidats au pèlerinage « à vérifier auprès de leur agence de voyages que tous les paiements les concernant ont été effectués ».

Pour rappel, les montants à payer par pèlerin s’élèvent à 1 167 360 FCFA pour le billet d’avion et de 2 417 Riyals saoudiens pour les services offerts aux pèlerins en Arabie Saoudite.

Mamady Zango

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page