Corps de la Paix américain : 61 nouveaux volontaires prêts à servir « avec et pour les communautés »

L’ambassadeur Tulinabo Mushingi a présidé la cérémonie de prestation de serment des 61 nouveaux volontaires du corps de la paix ce mardi 30 août 2016 à « la maison du peuple » américain. Ils exerceront leur volontariat auprès des communautés dans les domaines de l’éducation (28), de la santé (21) et du développement économique communautaire (12).

La suite après cette publicité

Pour l’ambassadeur Mushingi, la prestation de service des volontaires qui serviront « avec et pour les communautés » est « un événement majeur ». Paraphrasant le Président Kennedy, de qui naquit l’idée de la création du Corps de la Paix, il a déclaré : « rien pour les communautés sans les communautés ».

Le ministre de l’agriculture Jacob Ouédroaogo, représentant le Premier ministre, dont il a lu le discours, a quant à lui admis qu’« aucun effort de développement ne peut aboutir sans l’implication des communautés elles-mêmes ». « C’est un apport très appréciable », a-t-il ajouté. L’ambassadeur Mushingi a estimé que l’importance « majeure » se situe dans la collaboration entre les peuples.

Ambassadeur Tulinabo Mushingi © Burkina24
Ambassadeur Tulinabo Mushingi © Burkina24

De l’avis du ministre, pour avoir laissé amis, parents et confort dans leur pays pour servir le peuple burkinabè pour deux ans dans ses efforts de développement, les volontaires ont confirmé l’adage qui dit « on n’est jamais heureux tout seul ».

Et Keith Hackett, directeur du Corps de la Paix au Burkina de dire que « soulever le toit de chaume, apparaît comme une montagne » pour le volontaire tout seul.  Et ce, quel que soit le degré de détermination et de motivation, car dit-il, « on ne s’adosse pas au vide ».

S’adressant aux anciens volontaires présents Jacob Ouédraogo a déclaré que leurs « efforts auprès des populations ont eu des incidences significatives au niveau des indicateurs de santé, de l’éducation et de l’économie ». Efforts dont il ajoute ne pas douter de « l’impact durable ».

Jugeant que les 3 secteurs dans lesquels ils mèneront leurs activités font « partie des axes prioritaires de la vision du Président du Faso », il s’est dit ravi d’accueillir ces nouveaux volontaires prêts à soutenir le pays pour un mieux-être pour les populations.

Néanmoins, a dit Sarah Dugan, l’un d’entre eux, « toute personne au Burkina Faso a quelque chose à nous apprendre ». Et « même si, ajoute-t-elle,  les gens pensent que nous sommes bien éduqués, nous venons d’un pays très riche et que nous avons beaucoup d’expérience professionnelle. Nous ne disposons pas de toutes les réponses ».

Pour finir, elle a affirmé que « c’est un privilège d’apprendre du pays des Hommes intègres de la part des Hommes intègres eux-mêmes ». Sans oublier non plus le Burkina qu’ils porteront « encore longtemps » en eux après les deux ans de volontariat.

Oui Koueta

Burkina24

publicite


publicite

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page