Affaire HK : Radio Oméga s’insurge, Bam Radi fait un « mea culpa »

Des artistes musiciens burkinabè regroupés au sein de la CORA-BF (Coalition pour la renaissance artistique au Burkina Faso) ont fait irruption à la Radio Oméga ce 28 juin 2017 et un des animateurs de la radio, en l’occurrence Hamed Kossa (HK),  a été délogé de son plateau alors qu’il entamait son émission « Interconnexion ». Burkina 24 a joint les deux parties, le mercredi 28 juin 2017, pour en savoir plus.

La suite après cette publicité

« Depuis un mois, nous avons remarqué que l’animateur HK ne joue pas de la musique burkinabè. Dans son émission, ce sont les coups de cœur (plage payée). Il y a des artistes qui font la fierté de la musique burkinabè », s’est expliqué Mahamadi Bara alias Bam Radi, coordonnateur de la CORA-BF.

Et pour se faire entendre, cette corporation d’artistes a rédigé une lettre « d’interpellation » qu’elle est allée remettre au Directeur général de la Radio Oméga ce mercredi 28 juin 2017, relate toujours Bam Radi. Mais à l’en croire, tout ne se serait pas passé comme prévu. « Les gens étaient trop nombreux » et il y a eu des « erreurs ».

Par erreur donc, l’animateur HK a été délogé et dans une vidéo publiée sur Facebook, il y est menacé par l’un des artistes.

Un des responsables de la Radio, en l’occurrence son Directeur général, joint par Burkina 24, n’a pas voulu s’exprimer sur l’incident. Néanmoins, le directeur des rédactions, Hyacinthe Sanou, a réagi dans une déclaration publiée sur le site de la Radio. Il y assure, entre autres, que les récriminations de la CORA-BF ne sont pas fondées. « Il y a lieu de se demander sur quelle statistique la CORA-BF fonde ses récriminations contre Radio Oméga puisque rien qu’à titre illustratif, dans notre programmation musicale de ce mardi 27 juin 2017, entre 6h et 23h, on enregistre 57 morceaux de musiciens burkinabè joués contre 51 de musiciens étrangers », peut-on y lire.

« La force, la violence, la barbarie ne sauraient être une méthode pour justifier quoi que ce soit dans l’agression d’un média », a conclu Hyacinthe Sanou.

Mais Bam Radi insiste : « on ne s’est pas déplacé comme ça pour aller déloger qui que ce soit ». Pour lui, c’est « une erreur » qui est arrivée et « on fait notre mea culpa », dit-il.

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page