Koudougou : Deuxièmes journées diocésaines de la jeune fille 

Après le doyenné de l’Est qui a célébré les premières journées de la jeune fille dans la paroisse Saint Luc de Sabou, c’est au tour du doyenné de l’Ouest de célébrer les deuxièmes journées de la jeune fille dans la paroisse Saint Etienne de Didyr, les 23, 24 et 25 mars 2018. La messe de clôture a été présidée par Monseigneur Joachim Ouédraogo.  

La suite après cette publicité

Selon l’aumônier l’abbé Mathias Ouédraogo, la jeunesse, en tant qu’étape de la vie humaine, est  «la période comprise entre l’enfance et l’âge mûr ». Aussi, peut-elle désigner l’ensemble d’une population, formée de jeunes et d’adolescents bien souvent reconnaissables à leur ardeur, leur vigueur, leur sensibilité à la mode et leur esprit d’initiative.

Mais, pour lui on ne le dira jamais assez, la jeunesse chrétienne catholique constitue la prunelle des yeux de  l’Eglise. Ancrées dans la structure originelle de l’Eglise, la femme et la jeune fille sont un maillon essentiel de sa prospérité spirituelle. Et cela, non seulement parce que majoritaire, mais elle est aussi « un don et un trésor de Dieu ».

Pour l’aumônier, la tendance chez la majorité des jeunes filles est de croire que seules les âmes consacrées, les membres du clergé, ou les personnes adultes, à la limite, sont à eux seuls, responsables de la vie de l’Eglise. Le résultat en est que, très peu de jeunes chrétiens s’engagent comme il le faut au profit de l’Eglise, a-t-il conclu.

D’après la marraine Bernadette Confé, la famille est le « sanctuaire de la vie » et la jeune fille est au centre de la famille, une cellule vitale de la société et de l’Eglise. C’est en elle que se modèle de manière primordiale, le visage d’un peuple. C’est la là que ses membres reçoivent les acquis fondamentaux.

La femme, colonne vertébrale de l’Eglise

Comme la femme est la colonne vertébrale de l’Eglise, ajoute-t-elle, renforcer les capacités de la jeune fille demeure une priorité évangélique. Et en tant que marraine,  elle s’engage à être proche de ses filleuls.

Pour l’évêque de Koudougou Monseigneur Joachim Ouédraogo, l’objectif de ces journées est de permettre à la jeune fille d’occuper  sa lace et de jouer son rôle dans l’Eglise, permettre aux jeunes filles  de se connaitre d’avantage, tisser des liens d’amitié et de fraternité, afin que la famille diocésaine soit unie à partir de la base, c’est-à-dire les jeunes et les enfants.

Plusieurs conférences ont été données à l’occasion de des  journées par d’imminents conférenciers sur le thème : « Jeune fille, tu es appelée à participer à la vie de l’Eglise tout en l’aimant et à rendre témoignage au Christ pour une société épanouie en harmonie avec l’Evangile ». Plus de 1000 jeunes filles ont participé à ces deuxièmes journées diocésaines.

 Rendez-vous a été pris pour 2020, et les jeunes filles de la cathédrale ont reçu le flambeau des mains de l’évêque pour la célébration de la troisième édition en 2020 à la paroisse cathédrale Saint Augustin de Koudougou.

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page