FESPACO 2019 : Un milliard de FCFA alloué par l’Etat burkinabè

262 0

La 26e édition couplée au cinquantenaire du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se tient du 23 février au 2 mars 2019. Le visuel de l’évènement a été dévoilé ce jeudi 20 septembre 2018 à Ouagadougou ainsi que les grandes articulations de l’évènement. 1 milliard de FCFA. C’est le montant que le gouvernement burkinabè injectera dans l’organisation du festival. Le Rwanda est le pays invité d’honneur.

Les choses se profilent pas à pas pour la célébration de la 26e édition du FESPACO. Après la phase de  sélection des films (en cours), le visuel du FESPACO 2019 est connu. Mouna N’Diaye,  l’actrice sénégalo-burkinabè, en est le modèle.


Explication du directeur de création Idrissa Ouédraogo:

Le visuel traduit les principes du cinéma, le charme, la beauté, le rêve. L’Afrique avec la couleur noire, l’obscurité des salles de ciné. Mais aussi le thème, mémoire et avenir avec toutes ces bandes de pellicules qui sont le bagage filmique de l’Afrique. Ça reste une œuvre. Au-delà il faut permettre d’avoir sa lecture. L’actrice est en mouvement de projection vers l’avenir.


Outre les activités habituelles, on note quelques réajustements tels que la revalorisation de la compétition des films documentaires dotée des « Etalons » et des « poulains » et la création d’une nouvelle section pour les films d’animation.

Le Marché International du Cinéma Africain (MICA) innove avec les petits déjeuners du MICA, espace de rencontres et discussions thématiques,  le forum du film d’animation, une plate-forme de visionnage en ligne.

« Cinquante ans,  c’est l’âge d’or qui nous interpelle sur notre passé et notre devenir, les acquis, les manquements et le repositionnement nécessaire pour mieux aborder l’avenir », explique le délégué général, Ardiouma Soma. D’où la définition du thème de l’évènement « confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ».

La célébration du cinquantenaire occupera une part importante du programme de la 26e édition. Le patrimoine sera mis en valeur à travers la programmation de films classiques des cinémas d’Afrique et de la Diaspora, avec un accent particulier sur les films restaurés, l’édition de livre sur le cinquantenaire et exposition photos et archives.

Pour la mise en œuvre du vaste chantier de cette édition particulière du FESPACO 2019, le ministre de la culture, des  arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango annonce que l’Etat burkinabè allouera 1 milliard de FCFA, le double de l’édition dernière.

Le budget prévisionnel est estimé à 2,250 milliards de FCFA. Pour ce faire,  le ministre en appelle au soutien du secteur privé. « Des dispositions sont en cours pour organiser une rencontre avec les opérateurs de ce secteur », confie-t-il.

Ces génies-là…

Néanmoins, il a rassuré que les ressources sont mises en œuvre pour réussir le festival. Des travaux seront entrepris pour relooker les salles de ciné de la ville. Quant au siège du FESPACO, ce qui manque,  c’est une salle de conférence.

Sur la construction de la cinémathèque interrompue depuis l’incendie en 2013, il dira que ce n’est pas la volonté qui a manqué et avance des raisons mystiques. «Nous sommes en train de travailler mais ça va vous faire rire. C’est à cause des génies. On est en Afrique. L’entrepreneur dit qu’il y a des génies là-bas. Quand ses ouvriers commencent à travailler, ils disparaissent. On a fait des sacrifices. Apparemment ça n’a rien donné. On est en train de réfléchir avec le FESPACO et les acteurs pour voir ce qu’il faut faire. Nous sommes en Afrique, les gens y croient ».

A noter que les inscriptions des films courent jusqu’au 31 octobre 2018. Aussi, le président avait mis un milliard de F CFA  à la disposition des cinéastes burkinabè pour la production de films, en vue d’une meilleure représentation de notre cinéma au cinquantenaire du FESPACO.

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre