Ciné Droit Libre 2018: La justice sur le banc des accusés

639 0

Le Festival Ciné Droit Libre a ouvert officiellement ses portes le samedi 08 décembre 2018 à l’espace culturel Gambidi. Pour cette 14e édition, le festival entend juger la justice burkinabè. 

 C’est parti pour la 14e édition du festival Ciné Droit Libre. La forte mobilisation du public laisse entrevoir que cette édition sera particulière puisqu’elle va juger la justice burkinabè. Le thème le laisse entrevoir :  « Justice levez-vous ! ».  Les failles de la justice Burkina seront dévoilées.

Le ministre de la justice Réné Bagoro, présent à l’ouverture ce samedi, a souligné qu’il apprécie cette œuvre de Ciné Droit libre. « Aujourd’hui, la justice est aux bancs des accusés. La justice, en tant que pouvoir, est un élément fondamental de l’Etat de droit. Depuis l’insurrection, beaucoup de reformes ont été faites. Et je pense qu’il est normal que la structure Ciné Droit Libre s’intéresse aux questions de droits humains, puisse s’interroger. Je pense qu’à travers cette interpellation, cet appel de la justice aux bancs des accusés, c’est certainement pour voir ce que la justice fait, qu’est ce qui fait que les dossiers  bloquent. Nous apprécions cette œuvre, (…) », a-t-il commenté.

La 14 ème édition de Ciné Droit Libre est également marquée par  des caricatures

Le journaliste Claudy Siar est le parrain de la présente édition. Il s’est senti honoré. « Le festival Ciné Droit Libre est un des canaux importants pour promouvoir les droits humains. On n’a pas 14 ans par hasard. On a 14 ans parce qu’on est constant, on est fort de son fait et du combat que l’on engage(…) », a-t-il indiqué.

Pour le coordonnateur du festival Ciné Droit Libre, Abdoulaye Diallo, c’est une satisfaction qu’il note à l’ouverture de la 14e édition. « On est déjà assez satisfait de l’engouement de la population à l’ouverture. Nous sommes heureux. Nous promettons des programmes très riches et très variés au public », dit-il.

La directrice régionale de Amnesty international, Pretus Barry, l’ambassadeur du Danemark au Burkina Faso, la représentante du Haut-Commissariat pour les Réfugiés au Burkina Faso, Ioli Kimyaci ont félicité la structure pour sa lutte pour les droits de l’homme.

Durant une semaine, le public aura droit à participer à plusieurs activités. Le lundi 10 décembre 2018, à 18h30, une soirée spéciale Sahel sera organisée pour montrer les réalités que vivent les élèves de cette région, suivie d’un dialogue démocratique avec Sy Cheriff et d’autres autorités à l’espace Gambidi. Le jeudi 13 décembre 2018, 20e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, les organisateurs feront le procès de la justice à travers la simulation du procès Norbert Zongo.

Irmine KINDA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre