Assurance maladie au Burkina: En route pour la prise en charge gratuite des personnes indigentes

Le Régime d’Assurance Maladie Universelle(RAMU) adopté par le gouvernement en janvier 2019, veut passer à une autre vitesse dans sa mise en œuvre. L’opérationnalisation de ce service est prévue se faire de façon progressive en débutant  les activités avec les personnes indigentes. La phase pilote concerne quatre régions, les Hauts-bassins, la Boucle du Mouhoun, le Centre et le Nord. La Boucle du Mouhoun est la première à accueillir une mission de sensibilisation des populations en vue du démarrage des prestations du RAMU. La mission du Caisse Nationale d’Assurance Maladie Universelle (CNAMU), en partenariat avec l’ONG ASMADE, a séjourné à Dédougou les 27 et 28 novembre 2019 où elle a échangé avec les responsables d’associations, religieux et coutumiers sur l’opérationnalisation de ses activités dans la région.

La suite après cette publicité

Les prestations sanitaires entrant dans le cadre de l’assurance maladie universelle au Burkina Faso débuteront en décembre 2019 et ne concerneront que les personnes indigentes (entendues comme des personnes qui manquent des choses les plus nécessaires à la vie). Il était donc de bon ton de passer le message afin de sensibiliser la population à cet effet. D’où l’initiation d’une caravane de presse de la CNAMU avec les organismes de gestion déléguée.

Yves Kinda, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance Maladie Universelle CNAMU

67 000 personnes sont concernées pour l’ensemble des 4 régions pilotes, dont 44 084 personnes dans la Boucle du Mouhoun qui accueille la première sortie de sensibilisation. «En principe, au cours du mois de décembre, les soins seront disponibles immédiatement pour ces personnes sous présentation de leur carte d’indigent », dit Yves Kinda, directeur général de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie Universelle.

Est dite indigente, la personne démunie qui n’a pas de ressources propres pour assurer la prise en charge de sa santé et qui n’a aucun soutien exogène de la famille, d’une association etc.

 

Le panier des soins

Les consultations, l’hospitalisation, la chirurgie, le transport médicalisé, les examens médicaux et les médicaments sont pris en charge à 100% par l’Etat au niveau des CSPS, CMA et CHR. « Les soins sont illimités. Autant de fois vous êtes malades, autant de fois vous serez pris en charge », a déclaré Yves Kinda.

« Sachez qu’il n’y a rien qui sortira de la poche ni de l’indigent ni d’un membre de sa famille, tout est pris en charge sur instruction du président du Faso. C’est gratuit », a-t-il ajouté, sous une   salve d’applaudissements.

Mieux, précise-t-il plus loin, il y aura des conventions avec certaines formations sanitaires privées, selon les communes, et l’offre de soins pour permettre de palier les retards ou les manques qu’il peut y avoir dans les structures publiques. Mais ce sont des solutions au cas par cas selon les zones puisque l’offre de soins sera plus ou moins complète d’une région à une autre. 

Juliette Compaoré, secrétaire exécutive de l’ONG ASMADE

La prise en charge est totale, mais conseille Juliette Compaoré, secrétaire exécutive de l’ONG ASMADE, chargée de l’opérationnalisation sur le terrain, «il faut que les gens utilisent les services utilement pour qu’on rationalise les ressources pour tout le monde… Pour l’instant, ce n’est pas limité mais si par la suite on avance et c’est difficile, on sera obligé de revenir et revoir s’il ne faut pas limiter.  Il ne faut pas qu’on aille à  la formation sanitaire parce que je n’ai pas bu assez d’eau ou juste parce que j’ai trop marché, j’ai mal au pied. Il faut aller consulter quand c’est nécessaire » .

Par ailleurs, il y aura une mise à jour régulière une fois l’an des cartes des indigents. « C’est-à-dire, explique toujours Yves Kinda, vous pouvez avoir une carte d’indigent cette année et l’année prochaine, ne plus l’avoir selon que vous êtes sortis de l’indigence ou pas. Si vous êtes toujours en indigence, vous gardez votre carte ».

 

Pour cette phase d’expérimentation, la CNAMU a conclu avec ONG ASMADE qui a déjà fait ses preuves dans la région dans le domaine de la protection sociale et de la mutuelle santé, une convention de délégation de certaines fonctions techniques.

 Dans les jours à venir, elle devrait déployer ses équipes sur le terrain pour les opérations d’enrôlement, d’attribution de carte et les prises en charge sanitaire seront disponibles immédiatement.

La mission les organismes délégués de gestion, outre l’enrôlement, consistera à la mobilisation sociale, les activités d’information, de sensibilisation, de communication et d’achat des prestations.

Ce n’est qu’après cette expérience, que l’assurance maladie sera étendue courant 2020 aux autres catégories de la population avec obligation de souscription.

Le gouverneur de la région à la cérémonie d’ouverture a exhorté  les représentants des services publics et privés, les leaders d’opinion à une franche participation pour la réussite de la mission.

Visite chez le grand Imam de Dédougou

La mission a, à son tour fait le tour chez les leaders religieux et coutumiers pour demander leurs bénédictions et leur accompagnement pour la réussite de leurs activités avant de mettre le cap sur les Hauts-Bassins pour une autre série d’activités d’information, de sensibilisation d’enrôlement des personnes indigentes à l’assurance maladie universelle.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page