Zorgho : Une centaine de jeunes filles formées aux métiers « utilitaires »

publicite

L’ONG Children Believe, en collaboration avec l’Association cri de cœur pour l’équité et le développement (ACCED), a organisé un atelier de formation et d’apprentissage du 1er au 10 septembre 2020 en faveur des jeunes filles de 14 à 18 ans à Zorgho. La cérémonie de clôture a eu lieu ce vendredi 11 septembre 2020.

La suite après cette publicité

Cette activité, qui est à sa deuxième édition, vise l’occupation saine des jeunes filles  pendant les vacances scolaires par l’apprentissage d’un métier et par des activités socio-éducatives et financières.

Pendant les dix jours de formation et d’apprentissage, ces jeunes filles ont été formées en art culinaire, teinture, coiffure, saponification, batik et la fabrication.

Cet atelier a aussi consisté à renforcer les capacités des bénéficiaires sur les compétences de la vie courante, notamment  l’entrepreneuriat et l’éducation financière.

C’est au total 105 filles venues des régions du Centre, du Plateau, de l’Est et du Centre-Est. Christelle Mavalow Kalhoule, directrice exécutive de Children Believe, a indiqué que cette activité concerne les élèves mais aussi des enfants en situation d’abandon scolaire.

Sur la tenue de l’activité en cette période des vacances, elle explique que c’est le moment propice pour permettre «de se retrouver et d’apprendre ensemble ».

La directrice exécutive de Children Believe a aussi confié que la formation aux métiers est un axe important des activités de l’ONG qu’elle dirige. «Nous avons déjà fait de telles initiatives en faveur des enfants déplacés dans la région du Centre-nord et dans la région de l’Est », a-t-elle fait savoir.

Investir dans la formation pratique de sa jeunesse

Elle a affirmé que sa structure va continuer dans cette lancée afin de renforcer les capacités des enfants et des jeunes. Pour Augustin Kaboré, directeur exécutif de l’Association cri de cœur pour l’équité et le développement (ACCED), si le Burkina Faso aspire à un avenir meilleur, « il lui faudra donc investir dans la formation surtout pratique de sa jeunesse ».

« Dans notre pays, force est de constater qu’en dépit des multiples mesures et actions développées par l’État et ses partenaires, le besoin de la formation professionnelle de la jeunesse burkinabè reste toujours un grand défi à relever », a-t-il dit.

Et de poursuivre que la jeunesse constitue le fer de lance du développement et l’avenir de toute société, de toute « nation qui se veut responsable et soucieuse de son avenir ».

Quant au parrain, Naba Sanem de Zorgho, a appelé les participantes à mettre au service de la nation et de leurs  communautés les connaissances acquises durant cet atelier.

Également, il a exprimé sa gratitude aux initiateurs et les a invités à augmenter le nombre des participantes pour les éditions à venir.

Du côté des participantes, Catherine Kaboré a tenu à remercier les organisateurs pour cet atelier qui selon elle, a contribué à former les futures femmes d’affaires et entrepreneures de demain.

Willy SAGBE

Burkina 24

❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page